| Accueil >> Varia >> Livres >> Table des matières

[précédente] [suivante]

°1 à °399: Notes de bas de page

°1) TH. DE VALLGORNERA, O.P., Mystica Theologia D. Thomae, t. 1, q. 1; E. DUBLANCHY, Ascétique in Dict. de Théol., t. 1, col. 2038-2046; GIROUX, Enseignement de la théologie ascétique, Rapport lu au Congrès de l'Alliance des Séminaires, t. 6 (1911), p. 154-171.

°2) Ce traité se trouve dans notre Synopsis Theologiae dogmaticae, t. 3.

°3) Dans le Pédagogue, l. 1, ch. 8 P.G., 8, 318, CLÉMENT donne le nom d'ascète à Jacob après la lutte qu'il eut à subir contre un ange dans une vision mystérieuse.

°4) ORIGÈNE (In Jerem., homél. 19, n. 7, P.G., XIII, 518) désigne sous le nom d'ascètes une classe de fervents chrétiens qui pratiquaient la mortification et certains autres exercices de perfection.

°5) R. GARRIGOU-LAGRANGE, O.P., La Vie spirituelle, 10 oct. 1919, p. 11.

°6) C'est donc avec raison que, dans les deux Revues à tendances différentes, La Vie spirituelle et la Revue d'Ascétique et de Mystique, on est entré dans la voie des précisions, en distinguant avec soin, en ce qui concerne l'appel à la contemplation, l'appel général et individuel, l'appel prochain et éloigné, l'appel efficace et suffisant. En précisant le sens de ces mots, et en étudiant les faits, on arrivera à se mieux comprendre et même à se rapprocher.

°7) Ainsi Th. de Vallgornera fait la part la plus large à la méthode déductive, tandis que P. Poulain, dans les Grâces d'oraison, donne plus de relief à la méthode descriptive.

°8) GIROUX, Rapport cité, 6e Cong. de l'Alliance, 1911, p. 156.

°9) Vie par elle-même, ch. 13, p. 173-177 de l'éd. des carmélites de Paris; tout le passage est à lire, avec d'autres dispersés dans les ouvrages de la Sainte.

°10) La vive flamme d'amour, strophe III, v. 3, § II, p. 308-311, ed. HOORNAERT.

°11) Motu proprio, 9 sept. 1910, A.A.S., t. II, p. 668. - Le Pape Benoît XV a voulu qu'une chaire de Théologie ascétique fût fondée dans les deux grandes Écoles théologiques de Rome.

°12) Revue Philosophique (Ribot), déc. 1904, p. 608; M. DE MONTMORAND, Psychologie des Mystiques, 1920, p. 20-21.

°13) G. LÉTOURNEAU, l'École française du XVIIe siècle, 1913; H. BREMOND, Hist. litt. du sentiment religieux, t. III, l'École française, 1921; ce dernier accentue cependant beaucoup trop les divergences entre ce qu'il appelle les deux écoles rivales.

°14) C'est ce qu'ont fait excellemment, entre autres, le P. Eudes, dans ses missions et ses ouvrages; et L. TRONSON, Examens particuliers, où, utilisant les travaux antérieurs de J.-J. Olier, il a su condenser toutes les pratiques de l'ascèse olérienne.

°15) Nous pouvons citer, pour notre époque, MGR GAY, De la vie et des vertus chrétiennes; CH. DE SMEDT, S.J., Notre vie surnaturelle.

°16) Outre les traités de Philosophie, cf. CH. DE SMEDT, Notre Vie surnaturelle, 1912, Introduction, p. 1-37; J. SCHRYVERS, Les principes de la Vie spirituelle, 1922, p. 31.

°17) A. EYMIEU, Le gouvernement de soi-même, t. 3, La loi de la vie, livre 3, p. 128.

°18) Pour cet article, voir notre Synopsis Theologiae dogmaticae, t. 2, n. 859-894, avec les auteurs indiqués, en particulier: S. THOMAS, Ia, q. 93-102; P. BAINVEL, S.J., Nature et surnaturel, ch. 1-4; L'ABBÉ DE BROGLIE, Conférences sur la vie surnaturelle, t. 2, p. 3-80; L. LABAUCHE, Leçons de théol. dogmatique, t. 2, L'Homme, p. 1, ch. 1-2.

°19) S. THOMAS, IIa-IIae, q. 163-165; de Malo, q. 4; BAINVEL, Nature et Surnaturel, ch. 6-7; A. DE BROGLIE, Conférences sur la vie surnaturelle, t. 2, p. 133-346; L. LABAUCHE, Leçons de théol. dogmatique, Partie 2, ch. 1-5.; AD. TANQUERAY, Synopsis Theologiae dogmaticae, t. 2, n. 895-950.

°20) SJJ: Ici, je soumettrais une toute petite question au grand A.D. Tanqueray, en rapport avec son expression: «précepte positif ajouté à la loi naturelle». Avec ma lenteur d'esprit habituelle, ayant été catholique toute ma vie, et ayant étudié la Philosophie pendant environ 5 ans à l'université, je n'avais jamais vu que l'histoire de «croquer la pomme» n'était pas du tout une simple interdiction aléatoire, mais bien un des principes les plus fondamentaux de l'Éthique (ou Philosophie Morale). Voir 3) Le bacon et les jolies filles.

°21) Sum. theol., Ia-IIae, q. 82, a.4, ad 1.

°22) S. THOMAS, III, q. 46-49; HUGON, O.P., Le Mystère de la Rédemption; BAINVEL, Nature et Surnaturel, ch. 8; J. RIVIÈRE, Le Dogme de la Rédemption, étude théologique, 1914. AD. TANQUERAY, Synopsis Theologiae dogmaticae, t. 2, n. 1119-1202. L. LABAUCHE, Leçons de théol. dogmatique, Tome 1, 3e partie.

°23) Il s'agit du mérite de convenance qu'on appelle de congruo, que nous expliquerons plus bas.

°24) Préface de la Messe.

°25) Cette grandeur et cette bassesse de l'homme a été souvent décrite par les penseurs chrétiens, surtout par PASCAL, Pensées, nn. 397-424, éd. de Brunschvigg.

°26) S. THOM., Ia, q. 43, ad. 3; FROGET, O.P., De l'habitation du Saint Esprit dans les âmes justes; R. PLUS, Dieu en nous, 1922; MANNING, Int. Mission, I; A. DEVINE, Ascet. Theology, p. 80 ss.; AD. TANQUERAY, Syn. theol. dogm., t. 3, n. 180-185.

°27) C'est sur cette vérité que J.-J. Olier, Catéchisme chrétien pour la vie intérieure, pp. 35, 37, 43 des éd. 1906 et 1922, base sa spiritualité: «Qui est celui qui mérite d'être appelé chrétien? C'est celui qui a en soi l'Esprit de Jésus-Christ... qui nous fait vivre intérieurement et extérieurement comme Jésus-Christ.» -- «Il (le St Esprit) y est avec le Père et le Fils, et y répand, comme nous avons dit, les mêmes sentiments, les mêmes moeurs et les mêmes vertus que Jésus-Christ.»

°28) «Sic ergo est in omnibus per potentiam inquantum omnia ejus potestati subduntur; est per praesentiam in omnibus inquantum omnia nuda sunt et aperta oculis ejus; est in omnibus per essentiam, inquantum adest omnibus ut causa essendi.» [Sum. theol., Ia, q. 8, a. 3.]

°29) CARDINAL MERCIER, La vie intérieure, éd. 1909, p. 405.

°30) Imitation du Christ, l. 2, c. 1, v. 1.

°31) Tous ces sentiments sont magnifiquement exprimés dans la belle prière du matin composée par J.-J. Olier, La Journée chrétienne, p. 18-24 de l'éd. de 1907, et qui est reproduite dans le Manuel du Séminariste de St-Sulpice, et dans les Méditations du P. Chaignon, S.J.

°32) «solliciti servare unitatem spiritus in vinculo pacis; unum corpus et unus Spiritus... unus Deus et Pater omnium, qui super omnes et per omnia et in omnibus». [Ep 4:3-6].

°33) S. THOM., Ia-IIae, q. 110; ALVAREZ DE PAZ, S. J., De vitâ spirituali ejusque perfection, 1602, t. 1, l. 2, c. 1; TERRIEN, S.J., La Grâce et la Gloire, t. 1, p. 75 sq.; BELLAMY, La vie surnaturelle.

°34) «Gratia praesupponitur virtutibus infusis, sicut earum principium et finis.» [Sum. theol., IIa-IIae, q. 110, a. 3.]

°35) «Sicut ab essentiâ animae effluunt ejus potentiae, quae sunt operum principia, ita etiam ab ipsâ gratiâ effluunt virtutes in potentias animae, per quas potentiae moventur ad actum.» [Sum. theol., IIa-IIae, q. 110, a. 4, ad. 2.]

°36) A. EYMIEU, Le gouvernement de soi-même, t. 3, La loi de la vie, Livre 3, p. 128.

°37) S. THOM., Ia-IIae, q. 110; AD. TANQUERAY, Syn. theol. dogm., t. 3, n. 186-191; FROGET, O.P., De l'habitation du Saint Esprit dans les âmes justes, 4e partie; TERRIEN, S.J., La Grâce et la Gloire, t. 1, p. 75 sq.; BELLAMY, La vie surnaturelle, 1895; NIEREMBERG, Del aprecio y estima de la divina gracia, trad. en français, Le prix de la grâce, (chez Plon); V. MANY, La vraie vie, 1922, p. 1-79

°38) Cette expression n'est pas tout à fait exacte, puisque la grâce n'est pas en nous une substance, mais un accident ou modification accidentelle de notre âme. Mais comme elle est quelque chose de fini et ne peut venir que de Dieu seul, sans être méritée par nous, on lui donne ce nom, ou parfois on l'appelle concréée, pour marquer qu'elle est tirée de la puissance obédientielle de notre âme.

°39) PS.-DIONYS. De eccl. hierarchiâ, c. 1, n. 3, P.G. III, 373.

°40) La Vie intérieure, p. 401.

°41) «Communio autem nostra est cum Patre et cum Filio eius Iesu Christo.» [1Jn 1:3].

°42) Sum. theol., Ia-IIae, q. 110, a. 2, ad 2.

°43) «Divinam figurationem in nobis imprimens quodammodo per seipsum». (Homil. paschales), X, 2, P.G., 77, 617.

°44) S. AMBROISE, In Hexaem., l. 6, c. 8, P.L., 14, 260.

°45) S. BASILE, De Spiritu, 9, 23, P.G., 32, 109.

°46) A. EYMIEU, Le gouvernement de soi-même, t. 3, La loi de la vie, livre 3, p. 148-149.

°47) En théologie, union physique ne veut pas dire union matérielle, mais union réelle.

°48) Enarrat. in  psal. 70, sermo 2, n.3, P.L. 36, 893.

°49) BELLAMY, La vie surnaturelle, p. 184-191.

°50) CARDINAL MERCIER, La vie intérieure, éd. 1909, p. 392.

°51) C'est au fond la pensée du Cardinal Mercier, quand il ajoute (loc. cit.): «En un sens cependant, cette union est substantielle, car, d'une part elle se fait de substance à substance, sans l'interposition d'aucun accident naturel, et, d'autre part, elle met l'âme en communication directe avec la substance divine, elle met cette substance immédiatement à sa portée comme un bien dont elle a la faculté de jouir, de disposer.» Ainsi s'expliquent les expressions des Mystiques qui, avec Jean de la Croix, parlent de ces attouchements divins «qui ont lieu de la substance de l'âme à la substance de Dieu, dans le commerce d'une intime connaissance amoureuse.» (Nuit, l. 2, ch. 23). Le P. Poulain, dans les Grâces d'Oraison, ch. 6 (Citations), a recueilli un grand nombre de textes des Contemplatifs sur ce sujet.

°52) Notre Vie surnaturelle, p. 51.

°53) Op. cit., p. 49.

°54) S. THOMAS, Sum. theol., Suppl., q. 92, a. 1, ad 8.

°55) S. THOMAS, Sum. theol., Ia-IIae, q. 28, a. 1, ad 3.

°56) S. THOMAS, Sum. theol., IIa-IIae, q. 24, a. 3, ad 2. Telle eset aussi la pensée de Léon XIII, dans son Encyc. Divinum illud munus: «Haec autem mira cunjuncto, quae suo nomine inhabitatio dicitur, conditione tantum seu statu ab ea discrepat quâ caelites Deus beando complectitur», CAVALLERA, Thesaurus doctrinae cathol., n. 546.

°57) S. THOMAS, Sum. theol., Ia, q. 43, a. 3, ad 1.

°58) PS.-BONAVENTURA, Compend. Theol. veritatis, l. 1, c. 9.

°59) Léon XIII, Encycl. Divinum illud munus, 9 mai 1897.

°60) «In ipsâ justificatione... haec omnia simul infusa accipit homo, fidem, spem et caritatem.» [Trident., sess. 6, cap. 7.]

°61) Catech. Trident., p. 11, De Baptismo, n. 42.

°62) Nous expliquerons en détail ces vertus dans notre seconde partie, en traitant de la voie illuminative; quant aux dons du Saint Esprit, c'est à la voie unitive que nous les rattachons.

°63) S. THOM., Ia-IIae, q. 109-113; AD. TANQUERAY, Syn. theol. dogm., n. 22-123. Outre les ouvrages latins, voir WAFFELAERT, Méditations théologiques, t. 1, p. 606-650; A. DE BROGLIE, Conf. sur la vie surnaturelle, t. 1, p. 249; L. LABAUCHE, L'homme, 3e P., ch. 1; VAN DER MEERSCH, dans le Dict. de Théol. au mot Grâce.

°64) Ac 16:14: «cuius Dominus aperuit cor intendere his, quae dicebantur a Paulo.»

°65) C'est du moins la doctrine thomiste, que résume ainsi le P. Hugon, Tract. dogmatici, t. 2, p. 297: «Gratia actualis... est etiam realitas supernaturalis nobis intrinseca, non quidem per modum qualitatis, sed per modum motionis transeuntis.»

°66) Cf. notre Syn. theol. dogm., t. 3, n. 34-91. C'est là aussi que nous examinons dans quelle mesure la grâce est nécessaire pour les actes naturels.

°67) Trident., sess. 6, canon 16, 22, 23.

°68) S. AUGUST., De dono persev., 6, 10, P.L., 45, 999.

°69) Trident., sess. 6, canon 23.

°70) Sermones, 21, 3, P.L., 54, 195.

°71) S. THOM., IIIa, qq. 8, 21, 22, 25, 26, 40, 46-49, 57 et alibi passim; P. BÉRULLE, Oeuvres, éd. 1657, p. 522-530; 665-669; 689; J.-J. OLIER, Pensées choisies, textes inédits publiés par G. LÉTOURNEAU, p. 1-31; F. PRAT, S.J., La Théologie de S. Paul, t. 1, p. 342-378; t. 2, p. 165-325; D. COLUMBA MARMION, Le Christ, vie de l'âme, 1920; J. DUPERRAY, Le Christ dans la vie chrétienne, 1922; R. PLUS, Dans le Christ Jésus, 1923.

°72) SJJ: pas réussi à trouver d'où vient cette citation. Un bout vient de Ep 2:4.

°73) C'est ce qu'explique fort bien J.-J. Olier, Catéch. chrétien, 1re part., leç. 1.

°74) Tel est le sens de la prière de S. André, apôtre, crucifié pour Jésus et saluant la croix avec amour: «O bona crux».

°75) Sum. theol., IIIa, q. 8; F. PRAT, op. cit., t. 1, éd. 1920, p. 358-369; J. DUPERRAY, op. cit., ch. 1-2.; D. COLUMBA MARMION, Le Christ, vie de l'âme, 10e édition, p. 123-146; R. PLUS, op. cit., p. 1-57.

°76) Sess. 6, chap. 8.

°77) Sermo 187 de tempore.

°78) «Atque hoc affirmare sufficiat quod cum Christus caput sit Ecclesiae, Spiritus Sanctus sit ejus anima» (Encycl. 9 mai 1897).

°79) Rm 6:3; Ga 3:25; Rm 8:17.

°80) Denzinger-Bann, n°696.

°81) Rm 10:12; 1Co 12:13.

°82) Pensées, p. 15-16.

°83) P. BÉRULLE (appelé l'apôtre du Verbe Incarné), Discours de l'Estat et des Grandeurs de Jésus.

°84) «Per quem haec omnia, Domine, semper bona creas, sanctificas, benedicis et praestas nobis; per ipsum, et cum ipso et in ipso est tibi Deo Patri omnipotenti, in unitate Spiritus Sancti omnis honor et gloria»

°85) Introduction à la vie et aux vertus chrétiennes, ch. 4, p. 47, éd. 1906.

°86) Cfr. S. THOMAS, In Salut. Angel. expositio; SUAREZ, De mysterii Christi, disp. 1-23; BOSSUET, Sermons sur la Ste Vierge; TERRIEN, S.J., La Mère de Dieu et la Mère des hommes, t. 3; L. GARRIGUET, La Vierge Marie; Dict. d'Apolog. (d'Alès), au mot Marie; HUGON, O.P., Marie, pleine de grâce; R.-M. DE LA BROISE, et J.-B. BAINVEL, Marie, mère de grâce, 1921; Synop. Theol. dogm., t. 2, n. 1226-1263.

°87) BAINVEL, op. cit., p. 73, 75. On peut appuyer sa thèse sur les paroles de l'Ange: «ecce concipies in utero et paries filium et vocabis nomen eius Jesum (i.e. Salvatorem); hic erit magnus et Filius Altissimi vocabitur, et dabit illi Dominus Deus sedem David patris eius, et regnabit super domum Jacob in aeternum» [Lc 1:31-32].

°88) Cette expression a été ratifiée par Pie X dans l'Encyclique de 1904 où il a déclaré que Marie nous a mérité de congruo toutes les grâces que Jésus nous a méritées de condigno.

°89) In Assumpt., sermo II, 2.

°90) J.-V. BAINVEL, Le Saint Coeur de Marie, p. 313-314.

°91) Sermo de aquaeductu, n°7.

°92) On trouvera des preuves de cette assertion dans l'ouvrage cité du P. Terrien, t. III en entier.

°93) Marie, mère de grâce, p. 23-24.

°94) Voici en quels termes Son Em. le CARD. MERCIER, dans une Lettre du 27 janvier 1921, l'annonce à ses diocésains: «Depuis plusieurs années l'épiscopat belge, la faculté de Théologie de l'université de Louvain, tous les ordres religieux de la nation étaient en instances auprès du Souv. Pontife pour faire reconnaître authentiquement à la Sainte Vierge Marie, Mère de Jésus et notre Mère, le titre de médiatrice universelle dans l'obtention et et la distribution des grâces divines. Et voici que Sa Sainteté Benoît XV accorde aux églises de Belgique et à toutes celles de la Chrétienté qui lui en feront la demande, un office et une messe propre, à la date du 31 mai, en l'honneur de Marie médiatrice.»

°95) Homil. II, de Laudibus Virg. Matris, 17.

°96) C'est la pratique de M. Olier que le B. Grignion de Montfort a précisée et rendue populaire dans le Secret de Marie et le Traité de la vraie dévotion à la Sainte Vierge.

°97) SJJ rajoute «lumineux». Voir Rosarium Virginis Mariae.

°98) GRIGNON DE MONTFORT, op. cit.; A. LHOUMEAU, La Vie spirituelle à l'école du B. Grignon de Montfort, 1920, p. 240-247.

°99) S. THOM., Supplement., q. 13, a. 2.

°100) Pensées choisies, textes inédits publiés par G. Letourneau, p. 181-182.

°101) J. J. OLIER, Pensées choisies, p. 176.

°102) Confess., lib. VIII, c. XI.

°103) J. J. OLIER, Pensées choisies, p. 158.

°104) L. cit., p. 164.

°105) OLIER, l. cit., p. 169.

°106) C'est en effet une doctrine traditionnelle que les Anges conduisent nos âmes au Ciel, comme le montre DOM LECLERCQ, Dict. d'Archéologie, Les Anges psychagogues, t. 1, col. 2121, sq.

°107) J. J. OLIER, Pensées choisies, p. p. 171-172.

°108) Voir l'admirable petit traité de BOSSUET sur la Concupiscence.

°109) Tr. de la Concupiscence, ch. 4.

°110) Tr. de la Concupiscence, ch. 5.

°111) Dans ce paragraphe nous ne faisons que résumer le chap. 5 de Bossuet.

°112) Cat. chrétien, 1re partie, leçon 5.

°113) Cat. chrétien, leçon 9.

°114) «Ce n'est pas dénaturer la pensée de l'Apôtre que de traduire ainsi en style théologique moderne: les sacrements sont des signes efficaces qui produisent ex opere operato ce qu'ils signifient. Or le baptême représente sacramentellement en nous la mort et la vie du Christ. Il faut donc qu'il produise en nous une mort mystique dans son essence, mais réelle dans ses effets, mort au péché, à la chair, au vieil homme, et une vie conforme à la vie de Jésus-Christ ressuscité». (PRAT, Théo. de S. Paul, L. 1, 7, p. 266-267).

°115) BOSSUET, l. cit., ch. 8.

°116) BOSSUET, l. cit..

°117) Lc 12:33; Lc 18:22; Mt 19:21.

°118) J.-J. OLIER, Introduct., ch. 11; A. CHEVRIER, Le véritable disciple, 1922, p. 248-267.

°119) SJJ: La note de bas de page originale dit: Esth. XIV, 15-18, mais cela ne correspond à rien dans la Bible. Voici ce que j'ai trouvé: Est 4:17u-17y.

°120) Tr. de la Concupiscence, ch. 10, 23.

°121) Tr. de la Concupiscence, ch. 17.

°122) J.-J. OLIER, Cat. chrét., I P., leçon 15.

°123) Confessions, l. 2, ch. 7.

°124) Cat. chrét., leçon 17.

°125) La Théologie enseigne (Syn. theol. dogm., t. 3, n. 72-91) que l'homme déchu peut faire quelque bien de l'ordre naturel avec le seul concours naturel de Dieu; mais qu'il faut un secours préternaturel pour observer toute la loi naturelle et repousser toutes les tentations graves.

°126) Op. cit., ch. 31.

°127) SJJ: Ici, peut-être que je ne comprends pas l'auteur, mais il me semble que ses exemples de «persécutions» manquent un peu de piquant. L'Histoire déborde malheureusement d'exemples plus réalistes, comme «Adorez le Gouvernement, ou vous irez nourir les lions au Colisée», ou «Prenez ce vaccin fait à partir de bébés avortés, ou vous n'aurez pas de Passport de Santé, et donc vous ne pourrez plus aller gagner votre vie, voyager, où même avoir accès aux lieux publiques comme les épiceries», ou «Criez Allah est grand et Mahomet est son Prophète! ou nous allons vous trancher la gorge», ou «Signez ce document affirmant que c'est le Parti Communiste qui est chef de l'Église, et non pas le Souverain Pontife, ou vous irez dans un Camp de Ré-éducation», etc.

°128) Cfr. TRONSON, Examens particuliers, 94-96.

°129) Sermo III de Nativitate Domini, n. 1.

°130) Ainsi, au XVIIe siècle, Saint Vincent de Paul et M. Olier sont arrivés à des résultats merveilleux en fondant des Associations ou des Ligues.

°131) Introd. à la vie dévote, IVe P., ch. I.

°132) S. THOM., Ia, q. 114; Ste Thérèse, Vie par elle-même, ch. 30-31; RIBET, L'Ascétique chrétienne, ch. 16.

°133) S. THOMAS, Sum. theol., Ia, q. 111, a. 2. - Et il ajoute avec raison (ad 2): «Daemones non possunt immittere cogitationes, interius eas causando, cum usus cogitativae virtutis subjaceat voluntati».

°134) S. THOMAS, Sum. theol., Ia, q. 114, a. 3.

°135) S. THOMAS, Sum. theol., Ia, q. 114, a. 1.

°136) Voir les Règles sur le discernement des esprits pour la première et la seconde semaine des Exercices spirituels de Saint Ignace.

°137) Ste Thérèse, Vie par elle-même, ch. 30-31.

°138) «Vers ce même temps, je crus une nuit que les démons allaient m'étouffer. On leur jeta beaucoup d'eau bénite, et j'en vis une multitude s'enfuir comme s'ils se précipitaient d'un lieu élevé». Vie par elle-même, ch. 31, p. 404.

°139) L. cit., p. 405, 406.

°140) 2Tm 2:3-5. Aussi saint Paul décrit son armure, Ep 6:13-17.

°141) S. THOMAS, Ia-IIae, q. 114; TERRIEN, La grâce et la gloire, t. 2, p. 15 ss; L. LABAUCHE, L'Homme, 3e P., ch. 3; HUGON, dans la Vie spirituelle, t. 2 (1920), pp. 28, 273, 353; AD. TANQUEREY, op. cit., t. 3, n. 210-235.

°142) Sess. XIV, De sacram. paenitent., cap. 9: «Docet praeterea tantam esse divinae munificientiae largitatem, ut non solum poenis sponte a nobis pro vindicatio peccato susceptis... sed etiam (quod maximum amoris argumentum est) temporalibus flagellis a Deo inflictis et a nobis patienter toleratis apud Deum Patrem per Christum Jesum satisfacere valeamus».

°143) In Roman., cap. I, 9-10.

°144) SJJ: Ici je pense qu'il y a une erreur. La référence à "Jac. I, 12." n'a pas de sens, alors qu'elle est parfaite pour la note de bas de page suivante. Peut-être voulait-il référer à ceci? «Session VI sur la Justification: CANON XXXII.- Si quelqu'un dit que les bonnes oeuvres de l'homme justifié sont les dons de Dieu, en telle sorte qu'elles ne soient pas aussi de bons mérites du justifié; ou que, par les bonnes oeuvres qu'il fait par la grâce de Dieu et les mérites du Christ (dont il est un membre vivant), le justifié ne mérite pas vraiment un accroissement de la grâce, la vie éternelle et (s'il meurt dans la grâce) l'entrée dans la vie éternelle, ainsi que l'accroissement de gloire: qu'il soit anathème.» [mes gras]

°145) Session VI, c. 16.

°146) Quaest. Disput., de Malo, q. 2, a. 5, ad 7.

°147) Cf. EYMIEU, Le Gouvernement de soi-même, t. I, Introd., p. 7-9.

°148) Tous les auteurs spirituels recommandent cette offrande sous une forme ou sous une autre, comme RODRIGUEZ, Pratique, P. I, 2e et 3e Traité; J.-J. Olier, Introduction, ch. 15; TRONSON, Examens, 26-29.

°148) S. THOMAS, IIIa, q. 60-62; SUAREZ, disp., VII sq.; ABBE DE BROGLIE, Conf. sur la vie surnat., t. III; BELLEVUE, De la grâce sacramentelle; AD. TANQUEREY, Syn. theol. dogm., t. III, n. 298-323.

°149) Conc. de Trente, sess. VII, can. 6.

°150) Outre les traités de Théologie, voir particulièrement BEAUDENOM, Pratique progressive de la confession.

°151) Syn. theol. moralis, De Paenitentiâ, n. 242 ss.

°152) Ps 50; le méditer quelquefois.

°153) BEAUDENOM, op. cit., t. 2, chap. 2.

°154) S. THOM., III, q. 79; SUAREZ, disp. 63; DALGAIRNS, Holy Communion; HUGON, O.P., La Sainte Eucharistie; HEDLEY, The Holy Eucharist, traduit par A. ROUDIÈRE, sous ce titre La Sainte Eucharistie.

°155) Outre les ouvrages généraux cités, cf. BENOÎT XIV, De ss. Missae sacrificio; BONA, De sacrificio Missae; LE GAUDIER, op. cit., P. I, sect. 10a; GHIR, Das heilige Messoffer, trad. en français par Moccand; J.-J. OLIER, La Journée chrétienne, Occupations intérieures pendant le saint sacrifice, p. 49-65; CHAIGHON, S.J., Le prêtre à l'autel; BACUEZ, S.S., Du divin sacrifice; E. VANDEUR, O.S.B., La sainte Messe, notes sur sa liturgie.

°156) En d'autres termes, cet effet est produit ex opere operato, en vertu même du sacrifice.

°157) Sess. 22, cap. 1-2.

°158) C'est l'enseignement du Concile de Trente, sess. 22, cap. 2.

°159) Loc. cit.

°160) E. VANDEUR, O.S.B., La sainte Messe.

°161) S. THOM., III, q. 79; TANQUEREY, Synopsis Theol. dogm., t. 3, n. 619-628; DALGAIRNS, Holy Communion, p. 154 sq., trad. par GODARD, sous ce titre: La Sainte Communion; H. MOUREAU, Dict. de Théol. (Mangenot), au mot Communion; P. HUGON, O.P., La Sainte Eucharistie, p. 240 ss.

°162) Les origines du dogme de la Trinité, 1910, p. 403.

°163) Sess. XIII, can. 1.

°164) C'est la remarque de S. AUGUSTIN (Confess., lib. VII, c. 10, n. 16, P.L. XXXII, 742), qui prête à Notre Seigneur ces paroles: «Je suis la nourriture des grandes Âmes, croissez et vous pourrez me manger; mais vous ne me changerez pas en vous-même, comme la nourriture corporelle, c'est vous qui serez changé en moi».

°165) Instit. theol. mysticae, §153.

°166) Cfr. BERNADOT, De l'Eucharistie à la Trinité.

°167) De Imit. Christi, lib. II, cap. 8.

°168) Si donc on avait conscience d'être en état de péché mortel, il faudrait tout d'abord aller à confesse avec un coeur contrit et humilié, et ne pas se contenter de la contrition même parfaite. Voir notre Syn. theol. dogmat., t. III, n. 652-654.

°169) Beaucoup de personnes oublient ce premier devoir et se mettent aussitôt à demander des faveurs, sans se douter que nos demandes seront d'autant mieux accueillies que nous aurons tout d'abord rendu nos devoir à Celui qui nous fait honneur de nous visiter.

°170) Hymne de S. Thomas.

°171) Imit., lib. III, cap. 2.

°172) Prière du P. de Condren complétée par M. Olier.

°173) Prière de S. Ignace dans la Contemplation sur l'amour de Dieu.

°174) Sur l'esprit de victime voir L. CAPELLE, S.J., Les âmes généreuses.

°175) MAX NORDAU, Dégénérescence, t. I, p. 155; J.H.LEUBA, La psychologie des phénomènes religieux; E. MURISIER, Les maladies du sentiment religieux.

°176) W. JAMES, L'Expérience religieuse, trad. Abauzit, 1906, p. 9-12.

°177) W. JAMES, M. DE MONTMORAND, Psychologie des mystiques, 1920.

°178) C'est la remarque de S. FRANÇOIS DE SALES, Intr. à la vie dévote, Ire Partie, ch. 1, qu'il faut lire en entier.

°179) S. THOM., IIa-IIae, q. 184, a. 1-3; Opuscul. de perfectione vitae spiritualis; ALVAREZ DE PAZ, op. cit., l. III; LE GAUDIER, op. cit., P. Ia; SCHRAM, Instit. mysticae, § IX-XX; RIBET, L'Ascétique chrétienne, ch. IV-VI; IGNINA, Cours de Théol. ascétique, Introduction; GARRIGOU-LAGRANGE, dans la Vie spirit., oct. et nov. 1920.

°180) Sum. theol., IIa-IIae, q. 184, a. 1.

°181) Sum. theol., Ia-IIae, q. 3, a. 1. Cfr. TANQUEREY, Synopsis Theol. moralis, Tr. de Ultimo fine, n. 2-18.

°182) J.-J. Olier, Pietas Seminarii, n. 1.

°183) S. THOM., IIa-IIae, q. 184, a. 3; cfr. de perfectione vitae spiritualis, cap. I, no. 56, 7.

°184) Lc 10:25-29; cfr. Dt 6:5-7

°185) 1Jn 4:7-16. Toute cette Épitre est à lire.

°186) Traité de l'Am. de Dieu, l. XI, ch. 8.

°187) Sum. theol., IIa-IIae, q. 23, a. 8.

°188) S. Fr. de Sales, l. X, c. 9.

°189) Mt 16:24; cfr. Lc 9:23 -- Voir le commentaire du B. Grignion de Montfort dans la Lettre circulaire aux amis de la croix.

°190) De Civitate Dei, XIV, 28: «Fecerunt itaque civitates duas amores duo: terrenam scilicet amor sui usque ad contemptum Dei, caelestem vero amor Dei usque ad contemptum sui».

°191) Ce n'est donc pas donner une idée complète de la spiritualité bérullienne que de passer sous silence sa doctrine sur l'abnégation.

°192) Sum. theol. IIa-IIae, q. 184, a. 3: «perfectio essentialiter consistit in praeceptis [...] Secundario autem et instrumentaliter perfectio consistit in consiliis. Quae omnia, sicut et praecepta, ordinantur ad caritatem».

°193) Sum. theol. IIa-IIae, q. 24, a. 9: «Nam primo quidem incumbit homini studium principale ad recedendum a peccato et resistendum concupiscentiis eius, quae in contrarium caritatis movent. Et hoc pertinet ad incipientes, in quibus caritas est nutrienda vel fovenda ne corrumpatur.»

°194) L. cit.: «Secundum autem studium succedit, ut homo principaliter intendat ad hoc quod in bono proficiat. Et hoc studium pertinet ad proficientes, qui ad hoc principaliter intendunt ut in eis caritas per augmentum roboretur.»

°195) L. cit.: «Tertium autem studium est ut homo ad hoc principaliter intendat ut Deo inhaereat et eo fruatur. Et hoc pertinet ad perfectos, qui cupiunt dissolvi et esse cum Christo.»

°196) Denz-Bann, n° 471. -- Cfr. P. POURRAT, La Spiritualité chrétienne, t. II, p. 327-328.

°197) Denz-Bann, n° 1221 ss.

°198) Histoire de sainte Thérèse d'après les Bollandistes, t. II, ch. 31.

°199) Imitation, L. II, c. 12, v. 2.

°200) S. AUGUSTIN, De bono viduitatis, c. 21, P.L. XL, 448.

°201) ALVAREZ DE PAZ, op. cit., lib. VI-V; LE GAUDIER, P. III, sect. I, c. VII-X; SCARAMELLI, Guide ascetique, Traité I, art. II; RIBET, Ascétique, ch. VII-IX; IGHINA, op. cit., Introd., XX-XXX.

°202) Lc 14:26-27; cfr. Mt 10:37-38

°203) Lc 13:24; cfr. Mt 7:13-14

°204) Ep 4:10-16. Tout ce passage est à lire.

°205) Sermo CLXIX, n. 18.

°206) Epist. CCLIV ad abbatem Suarinam, n°4.

°207) Epist. XCI ad abbates Suessione congregatos, n°3.

°208) «Nec vero quisquam putet ad paucos quosdam lectissimos id pertinere, ceterisque in inferiore quodam virtutis gradu licere consistere. Tenentur enim hac lege omnes, nullo excepto» [A.A.S., XV, 50].

°209) C'est bien l'enseignement commun des théologiens, que résume ainsi SUAREZ, De Religione, t. IV, l. I, c. 4, n. 12: «Vix potest moraliter contingere ut homo etiam secularis habeat firmum propositum nunquam peccandi mortaliter, quin consequenter nonnulla opera supererogationis faciat, et habeat formale vel virtuale propositum illa faciendi.»

°210) Codex, can. 487-672; S. THOM. IIa-IIae, q. 24, a. 9; q. 183, a. 1-4; q. 184-186; SUAREZ, De Religione, tr. VII; S. ALPHONSUS, l. IV, n. 1 sq.; S. FRANÇOIS DE SALES, Les vrais entretiens spirituels, éd. Annecy; VERMEERSCH, De religiosis; VALUY, Les vertus religieuses, 1914; GAUTRELET, Traité de l'état religieux; MGR GAY, De la vie et des vertus chré., Tr. II; J.P. MOTHON, Traité sur l'état religieux, 1923. Discours du Pape Pie XII aux Religieux, 8 déc. 1950.

°211) Canon 487.

°212) Canon 593.

°213) «Peccat mortaliter religiosus qui firmiter statuit non tendere ad perfectionem, vel nullo modo de eâ curare.» Theol. moralis, l. IV, n° 18.

°214) «Unde non oportet quod quicumque est in religione, jam sit perfectus, sed quod ad perfectionem tendat». Sum. theol. IIa-IIae, q. 186, a. 1, ad 3.

°215) «Vie Spirituelle», Supplément 1944 et 1949, art. du P. Regamey sur la pauvreté et l'obéissance.

°216) Encycl. de Pie XII «Sur la virginité», 25 mars 1954.

°217) VALUY, Les Vertus religieuses, 19e éd. revue par Vulliez-Sermet, p. 106. Pour être valable au for externe, le précepte doit être intimé par écrit ou devant deux témoins (Cod. c. 24).

°218) Sum. theol. IIa-IIae, q. 186, a. 9, ad 1 et 3.

°219) Outre les auteurs cités, cfr. ARVISENET, Memoriale vitae sacerdotalis; MOLINA LE CHARTREUX, L'instruction des prêtres, 2e Traité; J.-J. OLIER, Traité des SS. Ordres; TRONSON, Exam. particuliers; CAUSSETTE, Manrèse du prêtre; GIBBONS, L'ambassadeur du Christ; GIRAUD, Prêtre et Hostie; MANNING, Le Sacerdoce éternel; CARD. MERCIER, La vie intérieure, 1919, p. 149-226; DOM. MARMION, Le Christ idéal du prêtre, Édit. Maredsous, 1933; Encycl. Pie XI, «Sur le Sacerdoce catholique», 20 décembre 1935; Encycl. Pie XII, «Menti nostrae», 23 décembre 1950.

°220) Sum. theol. IIa-IIae, q. 184, a. 8.

°221) Sess. XXII, de Reform. c. 1.

°222) Encyclique Quod multum, 22 août 1886; Lettre encycl. Depuis le jour, 8 sept. 1899.

°223) Haerent Animo, 4 août 1908. Toute cette lettre est à lire.

°224) Can. 124-127.

°225) DELBREL, S.J., Jésus, éducateur des Apôtres, ch. IV-VI.

°226) Mt 10, 11; Lc 9, 10 etc.

°227) Tt 1:7-9: «Oportet enim episcopum sine crimine esse sicut Dei dispensatorem, non superbum, non iracundum, non vinolentum, non percussorem, non turpis lucri cupidum, sed hospitalem, benignum, sobrium, iustum, sanctum, continentem, amplectentem eum, qui secundum doctrinam est, fidelem sermonem, ut potens sit et exhortari in doctrina sana».

°228) 1Tm 6:11: «sectare vero iustitiam, pietatem, fidem, caritatem, patientiam, mansuetudinem».

°229) La plupart de ces traités ont été réunis en un ouvrage intitulé: Le Prêtre d'après les Pères, par RAYNAUD, 12 in 8, Paris, 1843. Voir aussi de nombreux textes dans le livre de L. TRONSON, Forma cleri.

°230) Pour l'explication du Pontifical, cfr. J.-J. OLIER, op. cit.; BACUEZ, Instruct. et Médit. à l'usage des Ordinands; GIRAUD, op. cit., t. II; GONTIER, Explication du Pontifical; DUBOSQ: «Mes retraites avant les Étapes», 4 vol., Paris, Desclée et Cie.

°231) «Ad idoneam executionem ordinum non sufficit bonitas qualiscumque, set requiritur bonitas excellens; ut sicut illi qui ordinem suscipiunt, super plebem constituuntur gradu ordinis, ita et superiores sint merito sanctitatis». S. THOMAS, Suppl., q. 35, a. 1, ad 3.

°232) Nous n'entendons pas dire qu'il soit religieux au sens de ceux qui entrent dans un Ordre et font les trois voeux, mais en ce sens qu'il est officiellement chargé de rendre à Dieu les devoirs de religion.

°233) C'est encore ce que dit S. THOMAS (IV Sent., dist. 24, q. 2): «Qui divinis mysteriis applicantur regiam dignitatem assequuntur et perfecti in virtute esse debent».

°234) Prière de l'Offertoire.

°235) Mt 15:8; Is 29:13.

°236) Lire à ce sujet l'excellent livre de DOM CHAUTARD, L'Âme de tout apostolat.

°237) De ordinibus conferendis.

°238) Loc. cit.

°239) Supplem., q. 35, a. 1, ad 3.

°240) Livre IV, ch. 5.

°241) Cf. «Ami du Clergé», 25 mars 1954. Note de la Congreg. des Affaires extraordinaires à l'archevêque de Malines.

°242) S. FRANÇOIS DE SALES, Am. de Dieu, l. XII, c. 2-3.; ALVAREZ DE PAZ, De vitâ spirit., t. I, l. V; RODRIGUEZ, Prat. de la perf., P. I, Tr. I, De l'estime de la perfection; LE GAUDIER, De perfect. vitae spiritualis, P. II, sept. 1a; J. ARINTERO, Du désir de la perfection, Vie spirituelle, Févr. 1920, p. 296.

°243) C'est ce que remarque S. THOMAS, Ia-IIae, q. 30, a. 1, ad 1: «Appetitus sapientiae, vel aliorum spiritualium bonorum, interdum concupiscentia nominatur, vel propter similitudinem quandam, vel propter intensionem appetitus superioris partis, ex quo fit redundantia in inferiorem appetitum, ut simul etiam ipse inferior appetitus suo modo tendat in spirituale bonum consequens appetitum superiorem, et etiam ipsum corpus spiritualibus deserviat; sicut in Psalmo LXXXIII, dicitur, cor meum et caro mea exultaverunt in Deum vivum

°244) S. AUGUST., Confess., l. I, n. 1.

°245) Ps 41:2, Ps 62:2.

°246) Vie par elle-même, ch. XIII, p. 164.

°247) Ps 118:131, Ps 80:11.

°248) S. AUGUST. Sermo 169, n. 18.

°249) C'est ce qu'avait compris E. PSICHARI, Les Voix qui crient dans le désert, lorsqu'avant sa conversion définitive, dans le désert de Mauritanie, il disait du saint tel qu'il le concevait: «Jusqu'à sa mort il garde l'inquiétude de la perfection, ce mécontentement de soi-même qui n'est que le sentiment de sa réelle impuissance. À mesure qu'il s'affine dans sa vie morale, il voit se creuser d'avantage l'abîme qui le sépare de son Dieu. Plus il s'approche de la perfection, plus il la voit fuir devant lui. Aussi sa vie est-elle un rejaillissement perpétuel, un perpétuel mouvement, une glorieuse ascension et comme une escalade du ciel qui ne laisse nul répit.»

°250) A. BOISSEL, Retraites fermées, pratique et théorie.

°251) BOSSUET, De la connaissance de Dieu et de soi-même; Élévations sur les mystères; Méditations sur l'Évangile; L. BAIL, Théologie affective; P. D'ARGENTAN, Les Grandeurs de Dieu; CONTENSON, Theologia mentis et cordis; FABER, Creator and Creature; Bethlehem; The Precious Blood, ouvrages traduits en français par M. DE VALETTE, etc.; BEAUDENOM, Les Sources de la Piété; SAUVÉ, Dieu intime, Jésus intime, L'homme intime, etc.; P. SAUDREAU, O.P., Les divines paroles; Mgr D'HERBIGNY, La Théologie du révélé, ch. VIII-XI; P.R. GARRIGOU-LAGRANGE, Dieu, son existence, sa nature, 1920; F. KLEIN, Le Dieu des chrétiens, Paris, Spes, 1938; «Chercher Dieu», Éditions de l'Abeille, Lyon, 1943.

°252) Mt 5:48. Paroles que commente ainsi le 4e Concile de Latran: «Estote perfecti perfectione gratiae sicut Pater vester caelestis perfectus est perfectione naturae» [Denzing. 432].

°253) Dialog., I, p. 40

°254) Vie, par RAYMOND DE CAPOUE, trad. Cartier, t. I, p. 71.

°255) S. THOMAS, Ia, q. 1, a. 4.

°256) C'est bien ce que fait l'École française du XVIIe siècle, avec Bérulle, Condren, Olier, Jean Eudes et les autres, comme on le voit dans H. BRÉMOND, t. III.

°257) Imit., l. III, c. 1.

°258) Voir en particulier La Journée Chrétienne de M. Olier, où cette doctrine est merveilleusement appliquée.

°259) S. THOM., Ia, q. 8, a. 3; LESSIUS, De Perfectionibus moribusque divinis, lib. II: RODRIGUEZ, Pratique, 1re P., 6e traité; P. PINY, O.P., La présence de Dieu; P. PLUS, S.J., Dieu en nous; CATHERINET, Initiation à l'Exercice de la Présence de Dieu; LANGRE, Ami du clergé.

°260) Écrits spirituels d'Élisabeth de la Trinité, p. 42-48, Éditions du Cerf.

°261) On trouvera en Appendice une petite étude sur les caractères, qui facilitera cet examen, p. 10*.

°262) Ce mot doit s'entendre d'une inclination qui vient de la raison éclairée par la foi, et non de la sensibilité, dont le rôle est secondaire.

°263) Les scrupuleux en particulier doivent s'en tenir aux règles imposées par leur directeur.

°264) Exercices spirituels, 1re Sem. -- Les paroles entre guillemets sont le texte même de S. Ignace. Nous utilisons la traduction du P. Jennesseaux.

°265) Dans la méthode de S. Sulpice, on y ajoute l'adoration, c'est-à-dire tous ces actes de religion, par lesquels nous adorons, louons, bénissons, aimons et remercions Dieu; et on se met en face de Jésus, modèle et juge, comme il a été exposé, §462.

°266) Les Examens particuliers de M. TRONSON suggèrent pour chaque vertu ou défaut des détails qui permettront de mieux préciser l'objet de l'examen. Cf. Dict. de Spiritualité, Fasc. XIII, col. 1522 et 19, sur la connaissance de soi d'après les auteurs modernes.

°267) P. DE CAUSSADE, De l'abandon à la divine Providence, I Part., l. I; LE GAUDIER, op. cit., p. III, sect. II; S. FR. DE SALES, Am. de Dieu, l. VIII-IX; S. LIGUORI, De la conformité à la vol. de Dieu; DESURMONT, Oeuvres, t. II, sur La Providence; Mgr GAY, Vie et vertus chrét., Traités XI, XIV; DOM V. LEHODEY, Le Saint abandon, 1re Partie.

°268) Traité de l'Amour de Dieu, l. VIII, c. 3.

°269) Entretien XV.

°270) Cf. plus loin, §952 et sq.

°271) Seconde Confér., c. 5-8.

°272) Sg 14:3; 8:1.

°273) Amour de Dieu, l. IX, c. 2.
SJJ: Moi, pour m'expliquer la même chose, je pense à un médecin infiniment compétent et honnête qui prescrit des pilules pour guérir ma maladie. Certaines pilules goûtent bon, d'autres goûtent mauvais. Le médecin ne choisit pas ces pilules à cause de leur couleur, ou de leur forme, ou de leur goût sucré ou amer. Il choisit les pilules qui vont me guérir. Si moi je décide de ne pas prendre certaines pilules parce qu'elles goûtent mauvais, j'ai cessé d'obéir à mon médecin, et j'obéis maintenant à mes papilles gustatives (qui n'ont jamais étudié à la Faculté de Médecine!).

°274) Rm 8:18; 2Co 4:17.

°275) «Qui initatur a timore, crucem Christi sustinet patienter; qui proficit in spe, portat libenter; qui vero consummatur in caritate, amplectitur jam ardenter.» S. BERNARDUS, I Serm. S. Andreae, 5.

°276) De Imit. Christi, l. III, c. 17.

°277) S. FR. DE SALES, Traité de l'Amour de Dieu, l. IX, c. 15.

°278) 1R 15:22 [SJJ: oups, ici, je ne vois pas le rapport, il doit y avoir erreur]; Os 6:6; Mt 9:13; Mt 12:7.

°279) Entretien XI.

°280) Château intérieur, 2e demeure, Oeuvres complètes, p. 841, éd. du Seuil.

°281) S. THOM., IIa-IIae, q. 83-84; SUAREZ, De Religione, Tr. IV, lib. I; S. ALPH. DE LIGUORI, Du grand moyen de la prière; P. MONSABRÉ, La Prière, Philosophie et Théologie de la prière; P. RAMIÈRE, L'Apostolat de la prière; P. SERTILLANGES, La Prière, 1917; Mgr GARRONE, Psaumes et prières, Toulouse, Apostolat de la prière.

°282) PIE XII, Allocutio ad Parochos, 13 mars 1943.

°283) De Fide orthod., l. III, c. 24, P.G., XCIV, 1090.

°284) Serm. IX, n. 3.

°285) S. JEAN DAMASC., ibidem.

°286) S. GREG. NYS., Orat. I, de orat. Domini, P.G., XLIV, 1124.

°287) «Rôle de la prière», dans la revue de Théologie ascétique et mystique, 1950, p. 34-44.

°288) BOSSUET, Sermon sur le culte de Dieu, éd. Lebarq, t. V, p. 106.

°289) BOSSUET, l. cit., p. 105.

°290) BOSSUET, l. cit., p. 108.

°291) OLIER, Journée chrétienne, IIe partie, Actes quand on va aux champs.

°292) Gloria in excelsis Deo.

°293) «Per orationem autem homo Deo reverentiam exhibet, inquantum scilicet se ei subiicit, et profitetur orando se eo indigere sicut auctore suorum bonorum.» S. THOM., IIa-IIae, q. 83, a. 3, co.

°294) S. THOM., IIa-IIae, q. 83, a. 2, ad 3.

°295) Dans la seconde partie, nous reviendrons sur l'oraison mentale, en indiquant quel genre convient à chacune des trois voies.

°296) Ps 3:5; Ps 50:17.

°297) S. THOMAS, In libr. Sentent., 17, distinct. XV, 2. 4, a. 4.

°298) Commentar. In Matth., c. XVIII.

°299) On trouve plusieurs de ces commentaires dans HURTER, Opuscula Patrum selecta, t. II; cfr. Sum. theol., IIa-IIae, q. 83, a. 9; Ste THÉRÈSE, Chemin de la perfection; P. MONTSABRÉ, La prière divine, le Pater.

°300) S. AUGUSTINUS, Enchirid., VII.

°301) Amour de Dieu, l. IV, chap. 1.

°302) PLUS, Comment bien prier, Apost. de la prière, Toulouse, 1945.

°303) 1Th 5:17; 1Th 1:2.

°304) In Psalm CXLVI, n. 2.

°305) Comment. in Rom., c. I, lect. 5.

°306) Catéch. chrét., IIe P., leç. V. -- Cfr. P. CHARLES, S.J., La prière de toutes les heures, Bruges, 1922.; P. CHARLES, La prière de toutes les choses, Bruxelles, 1946.

°307) Catéch., leç. VI.

°308) CASSIANUS, Collationes, coll. II, c. 1-13; S. JEAN CLIMAQUE, L'Échelle du Paradis, 4e Degré, n. 5-12; GODINEZ, Praxis Theol. mysticae, lib. VIII, c. I; SCHRAM, Instit. theol. mysticae, P. II, cap. 1, §327-353; S. FR. DE SALES, Vie dévote, Ire Part., ch. 4; TRONSON, Traité de l'obéissance, IIe Partie; P. FABER, Progrès spirituel (Growth in Holiness), ch. XVIII; F. VINCENT, S. Fr. de Sales directeur d'âmes, 1923, p. 397-562; H. NOBLE, O.P., Lacordaire apôtre et directeur des jeunes gens, 1910; DESURMONT, Charité sacerdotale, §183-225; ABBÉ D'AGNEL et Dr D'ESPINEY, Direction des consciences, 1922.

°309) Epist. Testem benevolentiae, 22 jan. 1899.

°310) CASSIANUS, De Caenobiorum institut., l. IV, c. 9; P.L. XLIX, 161.

°311) Collationes, II, 2, 5, 7, 10-11; P.L. XLIX, 526, 529, 534, 537-542.

°312) Scala Paradisi, Grad. I, IV; P.G., LXXXVIII, 636, 680-681.

°313) «Sed quoniam arcta et ardua est via quae ducit ad vitam, tanquam parvulis in Christo paedagogus vobis, o filioli, ac nutritius necessarius est, qui doceat, deducat, foveat vos, et tanquam alludat parvulis, ac blanditiis quibusdam consoletur.» [De diversis, sermo VIII, 7.]

°314) Epist. LXXXVII, 7.

°315) De vitâ spirituali, trad. du P. Bernadot, IIe Part., ch. 1.

°316) Voir les exemples cités par le P. FABER, Progrès spirituel, ch. XVIII.

°317) Praxis confessarii, éd. Gaude, n. 121-171. Il indique, n. 122, l'objet principal de cette direction: «In tribus praecipue posita est directio confessarii quoad animas spirituales, scilicet in meditatione et contemplatione, in mortificatione et in frequentiâ sacramentorum.»

°318) Vie dévote, IIIe Part. ch. 28.

°319) Sermons recueillis, Pour la fête de N. D. des Neiges, t. IX, p. 95.

°320) Sentences et avis spirituels, n. 229, éd. Hoornaert, p. 372.

°321) Introduction à la vie dévote, P. 1, ch. IV.

°322) L'esprit d'un directeur des âmes, p. 60-61.

°323) La charité sacerdotale, t. II, §196.

°324) C'est bien ce que faisait S. Fr. de Sales, comme le montre fort bien F. VINCENT, op. cit., p. 439-481.

°325) La direction spirituelle, d'après les écrits et les exemples du Vén. Libermann, 2e éd., p. 10-22.

°326) S. FR. DE SALES, Vie dévote, Part. I, ch. IV.

°327) Ibidem.

°328) C'est ce qu'écrivait le P. Libermann, à un jeune homme (op. cit., p. 131): «Je suis bien certain que toutes les peines que vous avez contre ce bon Monsieur N... ne sont pas fondées; mais cela ne fait rien. Pour changer de directeur, il ne s'agit pas de savoir si les peines qui se présentent à notre esprit sont vraies ou fausses, il suffit que cela nous fasse du mal.»

°329) S. FRANÇOIS DE SALES, Vie dévote, 1re Part., ch. 3; 3e P., ch. 11; TRONSON, Manuel du Séminariste, 1re Part., Ent. II; TRONSON, Traité de l'obéissance, IIIe Partie; RIBET, L'Ascétique, ch. XLI.

°330) Le Royaume de Jésus, Paris, 1905, p. 452.

°331) S. François de Sales excellait à tracer et à faire pratiquer une règle de vie en rapport avec les devoirs d'état: «Sous sa conduite, dit la mère de Chaugy (Mém. sur Ste Chantale, p. 62), la baronne de Chantal commença une vie toute nouvelle, mais sa piété n'était incommode à personne. Elle instruisait et divertissait ses enfants, n'était jamais triste, ni contrainte, interrompait même sans scrupules ses exercices de piété ou les remettait à un autre temps, quand la charité le demandait.»

°332) S. BONAVENTURA, De modo studiendi in S. Scripturâ; MABILLON, Des études monastiques, IIe Part., ch. II, III, XVI; LE GAUDIER, op. cit., P. V, sect. I; TRONSON, Manuel, IIe Part., Ent. I, XV, XVI; RIBET, Ascétique, ch. XLIV; D. COLUMBA MARMION, Le Christ idéal du moine, p. 519-524.

SJJ: Sous l'expression «exhortation spirituelle», Tanqueray aurait probablement compris toutes ses manifestations possibles étant donné nos moyens modernes, comme la baladodiffusion, les vidéos YouTube, les réunions Zoom, etc.

°333) Lettre à un jeune homme sur la vie chrétienne, 2e lettre, p. 191.

°334) De nombreux commentaires en facilitent l'intelligence; signalons parmi les plus récents, ceux de C. FILLION, et de HUGUENY, O.P., où l'on s'attache à donner à la fois le sens littéral et spirituel en vue de la pieuse récitation du Saint Office.

°335) La traduction de la Bible par CRAMPON, corrigée par d'illustres professeurs qui par modestie ont voulu cacher leur nom, et l'Abrégé qui en a été fait, rendront aux lecteurs intelligents les plus grands services.

°336) J. GAUDERON, La lecture spirituelle d'après les principes de S. J. Eudes, dans Vie spirit., juin 1921, p. 185-202.

°337) Royaume de Jésus, p. II, §XV, p. 196.

°338) ENNODIUS, in ejus vitâ.

°339) Sur la sanctification des visites, conversations, jeux et voyages, voir TRONSON, Ex. partic., LXXVIII-XC.

°340) Encycl. de Pie XI, «Casti Connubii», 31 déc. 1930; Encycl. de Pie XI, «Sur l'éducation», 31 déc. 1929; S. FR. DE SALES, Vie dévote, IIIe P., ch. XXXVIII, XXXIX.

°341) Consulter les publications éditées par l'Association du mariage chrétien, Paris

°342) PERRIN, O.P., Perfection chrétienne et vie conjugale, Paris, édit. le Cerf, 1947.

°343) A. CHEVRIER, Le Véritable disciple, 1922, p. 101-112.

°344) RODRIGUEZ, Pratique, P. II, Ve Traité, De l'affection déréglée envers les parents.

°345) S. FR. DE SALES, Vie dévote, IIIe P., ch. 17-22; RIBET, Ascétique, ch. XLIII, p. 437-441.; AD. A DENDERWINDEKE, Comp. Theol. asceticae, 1921, n. 437-439; ROUZIC, De l'amitié.

°346) Vie dévote, 3e Part., ch. 19.

°347) P. CHOCARNE, Vie de Lacordaire, t. II, ch. XV.

°348) Rm 16:21; 1Co 4:17; 2Co 1:1; 1Tm 1:2.

°349) S. FR. DE SALES, Vie dévote, c. 19, en rapporte plusieurs autres.

°350) Op. cit., ch. 17.

°351) S. FR. DE SALES, l. cit, c. 18.

°352) C'est la remarque d'Ovide, dans le De remediis amoris:

	Principiis obsta, sero medicina paratur
	Cum mala per longas invaluere moras.

°353) Vie dévote, ch. XXI.

°354) l.c., ch. XX.

°355) A. DESURMONT, La sainteté dans les relations sociales, Oeuvres, T. XI, p. 272 ss.; Charité sacerdotale, t. II, §205-213.

°356) On peut utiliser, sur ce sujet, le second sermon de BOURDALOUE pour la fête de la Toussaint, où il montre comment les Saints ont su sanctifier leur condition par la religion et profiter de leur condition pour rendre plus parfaite leur religion.

°357) P. STEVEN, Éléments de morale sociale, p. 221 et sq.; L'Église et la vie professionnelle, Desclée, 1954.

°358) Discours de PIE XII «sur l'Apostolat des laïques», 14 octobre 1951.

°359) L'âme de tout apostolat, 1915, p. 73.

°360) «Si sapis, concham te exhibebis et non canalem». S. Bernardus, In Cantica, sermo XVIII, 3.

°361) «Vie chrétienne et Vie parfaite», par le P. MONIER-VINARD, S.J., Revue Asc. et Myst., 1946, p. 97-116.

°362) S. THOM., IIa-IIae, q. 24, a. 9; q. 183, a.4; THOM. DE VALLGORNERA, Mystica theol., q. II, a. II; LE GAUDIER, De perf. vitae spiritualis, IIa Pars, sect. I, cap. I; SCARAMELLI, Direttorio ascetico, Traité II, Introduction; SCHRAM, Instit. theol. mysticae, §XXVI; A. SAUDREAU, Les degrés de la vie spirituelle, Préface; A. DESURMONT, Charité sacerdotale, §138-140.

°363) Ainsi, dans la voie unitive, on distingue généralement deux formes distinctes: la voie unitive simple et la voie unitive accompagnée de contemplation infuse, comme nous l'expliquerons plus loin.

°364) Stromata, VI, 12.

°365) Confér., XI, 6-8.

°366) De nat. et gratia, LXX, n° 84.

°367) Epist. XI, n. 8, P.L., CLXXXII, 113-114.

°368) S. Jean de la Croix, suivi par un certain nombre d'auteurs, a une terminologie spéciale sur les trois voies qu'il importe de connaître: il appelle commençants ceux qui sont tout près de la contemplation obscure ou nuit des sens; avancés, ceux qui sont déjà dans la contemplation passive; parfaits, ceux qui ont traversé la nuit du sens et celle de l'esprit. Cf. HOORNAERT, note sur la Nuit obscure, t. III des Oeuvres spirituelles, (p. 5-6).

°369) Articles d'issy, n. XXXIV.

°370) Manuel des Âmes intérieures, p. 71.

°371) A. SAUDREAU, Les degrés, Vie purgative, l. I-II; SCHRYVERS, Les principes, IIe Part., ch. II.

°372) Sans doute il est quelques auteurs qui, avec le P. MARCHETTI, Rev. d'Ascét. et de Mystique, janv. 1920, p. 36-47, pensent qu'il faut étendre la voie purgative aux pécheurs eux-mêmes pour les convertir, mais il avoue qu'il se sépare en cela de la doctrine commune. La conversion des pécheurs et les moyens à leur suggérer pour persévérer dans l'état de grâce sont du ressort de la Morale plus que de l'Ascétique. Ajoutons toutefois que les motifs que nous allons bientôt proposer pour éviter le péché mortel viendront confirmer ceux qu'enseigne la Morale.

°373) Château, Premières demeures, p. 47-48, 57-58.

°374) Château, Secondes demeures, p. 64-75.

°375) S. THOM., IIa-IIae, q. 83 et ses Commentateurs; SUAREZ, De Religione, Tr. IV, lib. I, De oratione; ALVAREZ DE PAZ, t. III, lib. I; TH. DE VALLGORNERA, quaest. II, disp. V; Summa theol. mysticae, Ia Pars, Tract. I, discursus III; L. DE GRENADE, Traité de l'Oraison et de la Méditation; S. ALPH. DE LIGUORI, Du grand moyen de la prière; P. MONSABRÉ, La Prière; P. RAMIÈRE, L'Apostolat de la prière.

°376) Sum. theo., IIa-IIae, q. 83, a. 1, ad 3.

°377) Sess., VI, ch. II.

°378) «Quas preces tanquam instrumentum necessarium nobis dedit ad it quod optaremus consequendum: praesertim cum quaedam esse constet quae nisi ejus adjumento non liceat impetrare.» [Catech. Trident., P. IV, c. I, n° 3].

°379) Amour de Dieu, l. VIII, c. IV.

°380) Ce qui fait, dit BOURDALOUE (Carême, pour le jeudi de la 1re sem., sur la prière) que nous ne sommes pas exaucés, c'est que nous nous servons de la prière «pour demander des grâces chimériques, des grâces superflues, des grâces selon notre goût et selon nos fausses idées... Nous prions et nous demandons des grâces de pénitence, des grâces de sanctification; mais des grâces pour l'avenir, et non pour le présent; mais des grâces qui lèvent toutes les difficultés, et non qui nous laissent des efforts à faire et des obstacles à vaincre; mais des grâces miraculeuses qui nous entraînent comme S. Paul, et non des grâces qui nous disposent peu à peu, et avec lesquelles nous soyons obligés de marcher... des grâces qui changent tout l'ordre de la Providence, et qui renversent toute l'économie du salut».

°381) On trouvera dans le Saint Abandon de DOM V. LEHODEY, IIIe Partie, des détails très sages sur ce sujet.

°382) Ps 90:14-15. Ceux qui récitent l'office divin savent que le sentiment qui domine dans les Psaumes, c'est celui de la confiance en Dieu.

°383) JOAN. MAUBURNUS, Rosetum exercitiorum spiritualium et sacrarum meditationum; GARCIA DE CISNEROS, Exercitatorio de la vida espiritual; S. IGNATIUS, Exercitia spiritualia, avec ses divers commentateurs, et la Bibliothèque des Exercices de S. Ignace publiée sous la direction du P. WATRIGANT; RODRIGUEZ, Pratique de la perfection chrétienne, Traité Ve De l'oraison; L. DE GRENADE, Traité de l'oraison et de la méditation; A. MASSOULIÉ, Traité de la véritable oraison; S. PIERRE D'ALCANTARA, La oracion y meditacion; S. FR. DE SALES, Vie dévote, Part. I, ch. I-IX; BRANCATI DE LAUREA, De oratione christianâ; SCARAMELLI, op. cit., traité I, art. 5; V. LIBERMANN, Écrits spirit., p. 89-147; FABER, Progrès de l'âme, ch. XV; R. DE MAUMIGNY, Pratique de l'oraison mentale, t. I; DOM VITAL LEHODEY, Les Voies de l'oraison mentale, Ire et IIe Partie; G. LÉTOURNEAU, La méthode d'oraison mentale de S. Sulpice; Cahiers de Vie spirituelle, «L'oraison», Le Cerf, 1947.

°384) Cfr. HUGES DE S. VICTOR, De modo dicendi et meditandi; De meditando seu meditandi artificio, P.L. CLXXVI, 877-880; 993-998.

°385) Sum. theol., IIa-IIae, q. 82, a. 3.

°386) H. WATRIGANT, La méditation méthodique, Rev. d'Ascétique et de Myst., Janv. 1923, p. 13-29.

°387) V. P. JEAN DE JÉSUS MARIE, Instruction des novices, 3e Partie, chap. II, §2.

°388) Instructions sur l'oraison, Méthode d'oraison, ch. I., p. 253-254.

°389) «Enquête sur l'oraison chez les laïcs de notre temps», dans l'«Oraison», éd. du Cerf, p. 115-157.

°390) «Cum reliquis pietatis operibus potest peccatum consistere, sed non possunt cohabitare oratio et peccatum: anima aut relinquet orationem aut peccatum... Aiebat enim quidam servus Dei quod multi recitent rosarium, officium B. M. Virginis, jejunent, et in peccatis vivere pergant; sed qui orationem non intermittit, impossibile est ut in Dei offensâ vitam prosequatur ducere...» (Praxis confessarii, n. 122).

°391) Can. 595: «Curent superiores ut omnes religiosi... legitime non impediti quotidie sacro intersit, orationi mentali vacent

°392) Qu'on médite cette parole d'un prêtre rapportée par DOM CHAUTARD, L'Âme de tout apostolat, p. 73: «C'est le dévouement qui m'a perdu! Mes dispositions naturelles me faisaient éprouver de la joie à me dépenser, du bonheur à rendre service. Le succès apparent de mes entreprises aidant, Satan a tout su mettre en oeuvre, durant de longues années pour m'illusionner, exciter en moi le désir de l'action, me dégoûter de tout travail intérieur, et finalement m'attirer dans le précipice.» Tout ce que cet excellent auteur dit de la nécessité de la vie intérieure s'applique à l'oraison, qui est l'un des moyens les plus efficaces pour cultiver cette vie.

°393) Ibid., p. 178-179.

°394) Exhortatio ad clerum catholicum, 4 août 1908.

°395) «L'oraison diffuse», Revue d'Asc. et myst., 1948, p. 30-39, par PINARD DE LA BOULLAYE.

°396) Les distractions sont volontaires en soi quand on les veut de propos délibéré, -- ou lorsque s'apercevant que l'imagination divague, on ne fait rien pour réprimer ses écarts; volontaires dans leur cause, quand on prévoit que telle lecture ou occupation passionnante, d'ailleurs inutile, serait une source de distractions, et qu'on s'y livre quand même.

°397) Exercices spirituels, 1re Sem., 1er exercice, trad. Jennesseaux; cfr. P. ROOTHAAN, De la manière de méditer, à la suite des Exercices.

°398) Nous les exposerons en traitant de la voie illuminative.

°399) G. LÉTOURNEAU, La méthode d'oraison mentale du Sém. de S. Sulpice, Paris, 1903, en partic. l'Appendice, p. 321-332. Cf. «Vie spirituelle», Avril 1929, «L'oraison» selon M. Olier.

[précédente] [suivante]

| Accueil >> Varia >> Livres >> Table des matières