| Accueil >> Sermons perdus

Le Derby de démolition diocésain

Paul Signac. Le Demolisseur.
Non impediti ratione cogitationis.
(Paul Signac. Le Demolisseur. [Source])

1) Introduction

D'abord, petite remarque historique. J'ai écrit cet article vers la fin de février 2004, en réaction à la démarche décrite dans le document intitulé «Document d'orientation sur la Démarche du congrès d'orientation pour l'avenir des communautés chrétiennes», ci-après appelé «DODO». Le DODO était le projet chéri de Monseigneur Maurice Couture, évêque du diocèse de Québec avant le Cardinal Marc Ouellet. Ce DODO avait été heureusement mis de côté par le Cardinal Ouellet. Mais son successeur, Monseigneur Gérald-Cyprien Lacroix, a publiquement affirmé qu'il voulait reprendre ce projet de Monseigneur Couture, et l'implanter d'ici trois ans. Le DODO est donc malheureusement redevenu pertinent.

Le DODO avait pour but officiel de lancer un débat «sur la mission de l'Église du Christ afin d'établir ensemble les conditions permettant l'évangélisation et la transformation des milieux.» [DODO, p. 5].

Je prétends que le but non-officiel du DODO est apparemment de détruire ce qui reste de l'Église catholique au diocèse de Québec. Si notre église paroissiale était une voiture conduite par des prêtres, alors le DODO recommanderait qu'on arrache le volant de la main des prêtres, qu'on le donne à des «mouches du coche» protestantes (aussi connus sous le nom de «chauffeurs de banquette arrière»), et qu'ensuite on écrase l'accélérateur au plancher et qu'on fasse foncer toutes les églises les unes dans les autres, jusqu'à temps qu'il ne reste plus pierre sur pierre dans notre diocèse.

Est-ce que le DODO recommande vraiment un «Derby de démolition diocésain»? Pour répondre à cette question, il faut examiner minutieusement le DODO. Comme j'ai pitié des lecteurs paresseux qui veulent lire le dénouement tout-de-suite, j'ai repoussé ma critique du DODO à l'annexe ci-bas, et je vais commencer avec ma conclusion.

2) Y a-t-il une autre solution?

Si le DODO veut vraiment arracher le volant de la main des prêtres pour que les mouches du coche protestantes puissent faire un Derby de démolition diocésain, alors qu'est-ce que je recommande? Est-ce que je suis en train de dire que les passagers laïcs devraient simplement rester bien assis et se taire, pendant que les vieux prêtres conduisent ce qui reste de nos églises, non pas pour les faire foncer les unes dans les autres, mais simplement tout droit jusqu'à temps qu'elles s'écroulent?

Non. La sagesse élémentaire nous dit «Ne continuez pas à faire ce qui ne marche pas», et ce qu'on fait maintenant ne marche manifestement pas. Une Église sans vocations, sans jeunes et sans argent n'est pas une Église qui a un avenir.

Si le DODO prône un modèle «ascendant» de l'Église, où tout commence à la base, alors suis-je tout simplement en train de prôner le contraire, un modèle «descendant» où tout viendrait du Pape, pour descendre aux évêques, aux prêtres et enfin «dégoutter» jusqu'aux laïcs?

Non. Je ne prône ni un modèle descendant, ni un modèle ascendant, mais bien une Église «Orientée-Eucharistie», une Église re-centrée sur Jésus-Eucharistie, «source et sommet de la vie chrétienne» [Lumen Gentium, N° 11].

Notre foi chrétienne est centrée sur le Christ, vrai homme et vrai Dieu, ainsi que sa passion, mort et résurrection. «[L'Eucharistie] est marquée de manière indélébile par l'événement de la passion et de la mort du Seigneur. Elle n'en constitue pas seulement l'évocation, mais encore la re-présentation sacramentelle. C'est le sacrifice de la Croix qui se perpétue au long des siècles. [...] Qu'est-ce que Jésus pouvait faire de plus pour nous?» [Ecclesia de Eucharistia, N° 11].

Nous n'avons pas besoin du DODO ou de tout autre bidule protestant. «Il ne s'agit pas d'inventer un "nouveau programme". Le programme existe déjà: c'est celui de toujours, tiré de l'Évangile et de la Tradition vivante. Il est centré, en dernière analyse, sur le Christ lui-même, qu'il faut connaître, aimer, imiter, pour vivre en lui la vie trinitaire et pour transformer avec lui l'histoire jusqu'à son achèvement dans la Jérusalem céleste. La réalisation de ce programme d'un élan renouvelé dans la vie chrétienne passe par [Jésus-Eucharistie]» [Ecclesia de Eucharistia, N° 60].

La vie et le sang de l'Église catholique est Jésus-Eucharistie. «L'Église vit continuellement du sacrifice rédempteur» [Ecclesia de Eucharistia, N° 12]. Si l'Église catholique au diocèse de Québec se meurt, ou du moins est gravement malade, la première chose qui devrait nous venir à l'esprit est: «Qu'avons-nous fait à Jésus-Eucharistie? Comment empêchons-nous Jésus de nous donner sa vie? Comment empêchons-nous les femmes et les hommes de notre temps d'avoir accès à la grâce salvifique qui coule à flots de ce Sacrement béni?». Selon nous, un véritable «Document d'orientation» pour notre diocèse devrait se poser ces questions, et bien d'autres.

3) Un point de vue différent sur les problèmes du diocèse de Québec

Je prétends qu'il y a des loups dans la bergerie, au diocèse de Québec, c'est-à-dire que certains chefs religieux (diacres, prêtres et évêques) sont en fait des hérétiques, et que ces loups font tout leur possible pour détruire l'Église catholique de l'intérieur. Les loups savent que Jésus-Eucharistie est leur ennemi mortel, alors ils l'attaquent systématiquement, par autant de moyens qu'ils peuvent:

- Créer une pénurie de prêtres pour qu'on ne puisse plus célébrer Jésus dans l'Eucharistie.

- Enseigner aux jeunes à rejeter Jésus-Eucharistie.

- Détourner les fidèles de la communion avec Jésus-Eucharistie.

En d'autres mots, les loups attaquent la Prêtrise, la Catéchèse et la Messe.

3.1) La prêtrise: Comment les loups créent la pénurie de prêtres pour qu'on ne puisse plus célébrer Jésus dans l'Eucharistie

3.1.1) Forcer les prêtres vieux mais en santé à prendre leur retraite. Je peux vous donner plusieurs exemples de prêtres qui étaient capables et qui voulaient continuer leur ministère, mais que les loups ont forcé à prendre leur retraite, afin de pouvoir fusionner des paroisses et éliminer des messes.

3.1.2) Empêcher les nouveaux mouvements religieux de fournir de bons prêtres. Au moment où on se parle, plusieurs nouveaux mouvements religieux pourraient fournir de bons jeunes prêtres au diocèse de Québec, sauf que les loups leur claquent la porte au nez.

3.1.3) Rejeter secrètement des bons candidats à la prêtrise. Plusieurs d'entre nous peuvent témoigner que nous avons été refusés par le séminaire, le plus souvent en secret, sans qu'il y ait eu consultation avec le Directeur du séminaire ou de l'évêque du lieu.

3.1.4) Accueillir ouvertement de mauvais candidats à la prêtrise. En acceptant des candidats hérétiques ou sexuellement inaptes, les loups donnent aux bons candidats une autre raison de fuir la prêtrise.

3.1.5) Laisser la faculté de théologie de l'université Laval enseigner autant d'hérésies que possible. Plusieurs d'entre nous avons étudié à Laval, et nous pouvons témoigner que comme l'aurait dit Dante: «Que ceux qui entrent à la faculté de théologie de l'université Laval abandonnent tout espoir». Non seulement la faculté de théologie à Laval est-elle infidèle au Magistère, mais tous les séminaristes doivent y étudier, et maintenant on les force à obtenir non seulement un Bac., mais aussi une maîtrise, afin de donner plus de temps aux loups d'éliminer les brebis du système.

3.1.6) Dresser autant d'obstacles que possible devant les séminaristes. Si le Vatican exige quatre années dans un séminaire, imposez-en sept ou huit, même pour les vocations adultes.

3.1.7) Répéter continuellement qu'il y a une pénurie de prêtres, et que cette pénurie est totalement indépendante de notre volonté. Les loups ne disent jamais des choses comme: «Dieu est parfait, alors il ne peut certainement pas avoir oublié de nous avoir envoyé des vocations, donc on doit faire quelque chose de travers à notre bout».

3.1.8) Ne jamais mettre Jésus-Eucharistie au centre de l'appel pour les vocations. Les loups n'aiment pas entendre des choses comme: «Du caractère central de l'Eucharistie dans la vie et dans le ministère des prêtres découle aussi son caractère central dans la pastorale en faveur des vocations sacerdotales. Tout d'abord, parce que la prière pour les vocations y trouve le lieu d'une très grande union avec la prière du Christ, grand prêtre éternel; mais aussi parce que le soin attentif apporté par les prêtres au ministère eucharistique, associé à la promotion de la participation consciente, active et fructueuse des fidèles à l'Eucharistie, constitue, pour les jeunes hommes, un exemple efficace et un encouragement à répondre avec générosité à l'appel de Dieu.» [Ecclesia de Eucharistia, N° 31].

3.1.9) Répandre le mythe qu'une Église sans prêtres serait acceptable. Tout le DODO est un long argument en faveur d'une église sans prêtres. Les loups n'aiment pas que les gens se fassent rappeler que: «le ministère des prêtres qui ont reçu le sacrement de l'Ordre manifeste que l'Eucharistie qu'ils célèbrent est un don qui dépasse radicalement le pouvoir de l'assemblée et qui demeure en toute hypothèse irremplaçable pour relier validement la consécration eucharistique au sacrifice de la Croix et à la dernière Cène. Pour être véritablement une assemblée eucharistique, l'assemblée qui se réunit pour la célébration de l'Eucharistie a absolument besoin d'un prêtre ordonné qui la préside. D'autre part, la communauté n'est pas en mesure de se donner à elle-même son ministre ordonné. Celui-ci est un don qu'elle reçoit à travers la succession épiscopale qui remonte jusqu'aux Apôtres» [Ecclesia de Eucharistia, N° 29].

3.2) La catéchèse: Comment les loups enseignent aux jeunes à rejeter Jésus-Eucharistie

3.2.1) Éviter à tout prix de donner aux jeunes un bon catéchisme. Si les loups peuvent empêcher le livre essentiel appelé «Catéchisme de l'Église catholique» de Jean-Paul II, de tomber entre les mains des jeunes, ils ont déjà gagné la moitié de la bataille!

3.2.2) Ne jamais défendre publiquement les enseignements officiels de l'Église. Il est remarquable qu'au diocèse de Québec, lorsque l'Église est sauvagement attaquée dans les médias, la hiérarchie se porte rarement à sa défense. Les loups peuvent alors murmurer aux jeunes: «Comment une Église, qui ne vaut pas la peine d'être défendue, pourrait-elle être la vraie Église de Dieu?»

3.2.3) Ne jamais envoyer les meilleurs prêtres faire une tournée des écoles secondaires. Il y a quelques années, le gouvernement du Québec a payé cher le Musée de la civilisation pour une exposition itinérante sur les drogues, qui a fait la tournée de toutes les écoles secondaires du Québec. Cette tournée minimisait les dangers et l'immoralité des drogues. Si les loups peuvent faire de tels tours de passe-passe, pourquoi pas nous? Pourquoi ne pourrions-nous pas avoir une exposition itinérante sur la beauté de la religion catholique, qui visiterait chaque école secondaire? Elle pourrait montrer aux jeunes jusqu'à quel point l'athéisme est sot, la vacuité des attaques sur les enseignements officiels de l'Église catholique, la vraie grandeur de la chasteté, etc.

3.2.4) Ne jamais mentionner publiquement où les jeunes pourraient aller pour voir ce que l'Église enseigne vraiment. Plusieurs d'entre nous n'avons jamais entendu un prêtre mentionner l'existence du «Catéchisme de l'Église catholique» en chaire! Quand le Pape publie une Encyclique ou une Lettre apostolique, souvent les fidèles n'en sont même pas informés à la messe dominicale.

3.2.5) S'arranger pour que le site web diocésain ne fournisse pas de dogme ou de morale. On pourrait penser que le site web du diocèse de Québec aurait une section pour «Les jeunes qui sont en quête existentielle», une section où on répondrait à leurs interrogations, où on pourrait les guider vers la pleine lumière de Jésus-Eucharistie. Il n'en est pas question! Les loups n'aimerait pas ça! Et vous pouvez aussi oublier une liste commode des messes disponibles dans le diocèse.

3.2.6) Ne pas faire d'enquête sur l'état de la catéchèse dans le diocèse. Si vous payez cher un garagiste pour qu'il répare votre voiture, et qu'ensuite votre voiture ne fonctionne toujours pas, vous n'allez pas quitter le garage sans rien dire! Vous allez demander un remboursement, ou une vraie réparation! Mais comment se fait-il que tant de jeunes reçoivent une formation supposément catholique, et que très peu de jeunes sont vraiment catholiques? Les loups voudraient bien qu'on paie sans broncher et qu'on quitte leur garage sans poser de questions! Mais on devrait au moins demander une enquête générale sur l'état de la catéchèse au diocèse. Quelqu'un dans le «garage» du diocèse ne doit pas faire son travail comme du monde.

3.2.7) Encourager des parrains et des marraines «purement décoratifs». Si quelque chose est important, on essaie d'en avoir plus qu'un. Ainsi, les avions ont des masques à oxygène pour les passagers, advenant une perte de pressurisation. De même, les bateaux ont des canots de sauvetage et des gilets de flottaison. Or, la formation religieuse d'un enfant baptisé est très importante, alors si les parents meurent, ou abandonnent la foi catholique, le parrain et la marraine doivent venir au secours de l'enfant. Ils ont de graves responsabilités, et on doit les choisir avec soin [Code de droit canonique, Canons 872-874]. Sans bon parrain et marraine, les jeunes risquent de mourir spirituellement, ce qui plaît aux loups!

3.2.8) Éliminer les jeunes à la source. Grâce à l'avortement, la pilule et les divorces, les loups ont réussi à éliminer plusieurs jeunes qui auraient pu éventuellement devenir des catholiques.

3.3) La messe: Comment les loups détournent les fidèles de la communion avec Jésus-Eucharistie

3.3.1) Ne jamais faire de sermons sur Pourquoi et Comment aller se confesser. Si nous recevons Jésus-Eucharistie en état de péché mortel, non seulement on n'obtient pas les grâces qui découlent de ce Saint Sacrement, mais on rajoute un autre péché mortel! «Moi aussi, j'élève la voix, je supplie, je prie et je vous supplie de ne pas vous approcher de cette table sainte avec une conscience souillée et corrompue. Une telle attitude en effet ne s'appellera jamais communion, même si nous recevions mille fois le corps du Seigneur, mais plutôt condamnation, tourment et accroissement des châtiments» [Saint Jean Chrysostome, cité dans [Ecclesia de Eucharistia, N° 36]. Comme vous pouvez le voir, les loups vont faire tout ce qu'ils peuvent pour empêcher les gens d'aller se confesser.

3.3.2) Rendre difficile l'accès à la Confession. Pour ceux d'entre nous qui ont réussi à avoir une formation chrétienne malgré les meilleurs efforts des loups, communier à Jésus-Eucharistie en état de péché mortel est hors de question. Mais en arrachant les confessionnaux, ou en les rendant inaccessibles aux handicapés, ou en évitant de les insonoriser pour éliminer la confidentialité, ou en les gardant sombres et peu accueillants, ou simplement en évitant de mettre un prêtre dedans pour entendre les confessions, les loups peuvent empêcher plusieurs personnes de boire à la Fontaine de la vie.

3.3.3) Encourager l'absolution collective. Les loups aiment vraiment celle-là! Si vous n'avez pas besoin d'admettre vos péchés publiquement (n'oubliez pas que le prêtre représente toute la communauté chrétienne dans le Sacrement de Confession) et spécifiquement (n'oubliez pas que le pénitent doit dire tous ses péchés mortels, en nombre et en espèce), c'est comme si le péché n'existait pas!

3.3.4) Ne jamais faire de sermons sur la présence réelle et substantielle de Jésus dans l'Eucharistie. Pourquoi aller à la messe si ce n'est qu'une sorte de «repas symbolique»? Pourquoi ne pas tout simplement rester à la maison et profiter d'un vrai repas savoureux à la place? Les loups n'aiment pas qu'on mentionne la doctrine catholique sur la transsubstantiation, parce que les fidèles pourraient vouloir aller à la messe aussi souvent qu'ils le peuvent, sachant que: «celui qui mange avec foi [Jésus-Eucharistie] mange le Feu et l'Esprit [...]. Prenez-en, mangez-en tous, et mangez avec lui l'Esprit Saint. C'est vraiment mon corps et celui qui le mange vivra éternellement» [Ecclesia de Eucharistia, N° 17].

3.3.5) Encourager la communion avec les protestants. Pour des soi-disant motifs oecuméniques, les loups enseignent qu'il est bon d'aller communier dans des églises non-catholiques. Mais «Les fidèles catholiques, tout en respectant les convictions religieuses de leurs frères séparés, doivent donc s'abstenir de participer à la communion distribuée dans leurs célébrations, afin de ne pas entretenir une ambiguïté sur la nature de l'Eucharistie et, par conséquent, manquer au devoir de témoigner avec clarté de la vérité. Cela finirait par retarder la marche vers la pleine unité visible» [Ecclesia de Eucharistia, N° 30].

3.3.6) Encourager les prêtres à inventer la Liturgie à mesure. Si vous êtes au Palais de Justice, et que la greffière de la cour vous fait faire le serment, elle n'inventera pas le libellé de ce serment au fur et à mesure. Elle le lira soigneusement dans le document officiel, parce que ce serment n'appartient ni à cette greffière, ni à qui que ce soit d'autre dans la salle d'audience. Il appartient au Système Judiciaire. Même chose pour la Liturgie catholique: elle appartient à Jésus-Eucharistie, pas à un quelconque greffier. C'est pourquoi les loups aiment tant changer la Liturgie selon leurs caprices. «Lex Orandi, Lex Credendi»: si les loups peuvent tripoter la Liturgie, ils peuvent du même coup tripoter la foi en Jésus-Eucharistie. Mais l'Église enseigne autrement: «C'est pourquoi je me sens le devoir de lancer un vigoureux appel pour que, dans la Célébration eucharistique, les normes liturgiques soient observées avec une grande fidélité. Elles sont une expression concrète du caractère ecclésial authentique de l'Eucharistie; tel est leur sens le plus profond. La liturgie n'est jamais la propriété privée de quelqu'un, ni du célébrant, ni de la communauté dans laquelle les Mystères sont célébrés» [Ecclesia de Eucharistia, N° 52].

3.3.7) S'assurer que les prêtres détruisent le moment le plus important de la messe. Tout de suite après la communion, nous sommes avec Jésus-Eucharistie. «L'Eucharistie est vraiment un coin du ciel qui s'ouvre sur la terre! C'est un rayon de la gloire de la Jérusalem céleste, qui traverse les nuages de notre histoire et qui illumine notre chemin.» [Ecclesia de Eucharistia, N° 19]. C'est pourquoi les loups insistent pour fracasser le silence sacré tout de suite après la communion, pour le remplir des pires sottises (lire le feuillet paroissial). Imaginez si durant la Messe du couronnement, juste au moment où la couronne allait être déposée sur la tête du nouveau Roi du Royaume-Uni, l'archevêque de Cantorbéry tout à coup arrêtait la cérémonie pour lire les annonces classées du journal local! Ce que les loups font au Québec est encore pire que ça!

3.3.8) Se débarrasser du chant Grégorien. «Ah! disent les loups, Ce genre de musique a déjà converti des gens à la foi catholique! Vite! Détruisons-là!»

3.3.9) Prêcher continuellement sur l'unité et la solidarité d'une manière non-catholique. Tous sont d'accord pour dire qu'il est bon d'être unis, d'avoir la solidarité, d'être une communauté. Alors les loups parlent souvent de ces choses (par exemple, le DODO parle constamment des «communautés locales» et de l'unité), mais ils arrachent soigneusement de leurs discours le Coeur même de la Communion et de l'Unité: «Aux germes de désagrégation entre les hommes, qui, à l'expérience quotidienne, apparaissent tellement enracinés dans l'humanité à cause du péché, s'oppose la force génératrice d'unité du corps du Christ. En faisant l'Église, l'Eucharistie crée proprement pour cette raison la communauté entre les hommes» [Ecclesia de Eucharistia, N° 24].

3.3.10) Éliminer l'Heure sainte et les Processions du Saint-Sacrement. Les loups aiment bien donner du fil à retordre à quiconque veut adorer Jésus-Eucharistie hors de la messe. «L'Eucharistie est un trésor inestimable: la célébrer, mais aussi rester en adoration devant elle en dehors de la Messe permet de puiser à la source même de la grâce» [Ecclesia de Eucharistia, N° 25].

3.3.11) Transformer la messe en sorte de repas avec nos copains. Les loups aiment bien quand on traite Jésus-Eucharistie comme s'il n'était qu'un autre compère de brasserie, et lorsqu'on traite les Temples comme des cabanes à sucre. Mais c'est contraire aux enseignements de l'Église. «Si la logique du «banquet» suscite un esprit de famille, l'Église n'a jamais cédé à la tentation de banaliser cette «familiarité» avec son Époux en oubliant qu'il est aussi son Seigneur et que le «banquet» demeure pour toujours un banquet sacrificiel, marqué par le sang versé sur le Golgotha. Le Banquet eucharistique est vraiment un banquet «sacré», dans lequel la simplicité des signes cache la profondeur insondable de la sainteté de Dieu» [Ecclesia de Eucharistia, N° 48].

3.3.12) Rendre les églises laides, et l'art dans ces églises encore plus laid. Pourquoi les loups dépenserait-ils du temps et de l'argent pour trouver de belles oeuvres d'art pour honorer Jésus-Eucharistie? Pourtant, «Comme la femme de l'onction à Béthanie, l'Église n'a pas craint de «gaspiller», plaçant le meilleur de ses ressources pour exprimer son admiration et son adoration face au don incommensurable de l'Eucharistie» [Ecclesia de Eucharistia, N° 48].

3.3.13) Éviter la Vierge Marie. Les loups savent que s'ils peuvent se débarrasser de la Vierge Marie, ils vont du même coup se débarrasser de Jésus-Eucharistie. «Si l'Eucharistie est un mystère de foi qui dépasse notre intelligence au point de nous obliger à l'abandon le plus pur à la parole de Dieu, nulle personne autant que Marie ne peut nous servir de soutien et de guide dans une telle démarche» [Ecclesia de Eucharistia, N° 54]. Et aussi: «Si l'Église et l'Eucharistie sont unis de manière inséparable, il faut en dire autant de Marie et de l'Eucharistie» [Ecclesia de Eucharistia, N° 57].

3.3.14) Attaquer la Pierre sur laquelle Jésus-Eucharistie a fondé son Église. Toutes les tactiques mentionnés ci-dessus par lesquelles les loups attaquent Jésus-Eucharistie peuvent être résumées en une seule: se couper de Rome. C'est la manière la plus efficace de se débarrasser de Jésus-Eucharistie. «De la même manière, puisque le Pontife romain, en qualité de successeur de Pierre, est le principe et le fondement permanents et visibles de l'unité, aussi bien des évêques que de la multitude des fidèles, la communion avec lui est une exigence intrinsèque de la célébration du Sacrifice eucharistique.» [Ecclesia de Eucharistia, N° 39].

4) Un avenir lumineux pour le diocèse de Québec?

«En donnant à l'Eucharistie toute l'importance qu'elle mérite et en veillant avec une grande attention à n'en atténuer aucune dimension ni aucune exigence, nous montrons que nous sommes profondément conscients de la grandeur de ce don. [...] Il n'y a aucun risque d'exagération dans l'attention que l'on porte à ce Mystère, car dans ce Sacrement se résume tout le mystère de notre salut». [Ecclesia de Eucharistia, N° 61].

Jésus-Christ nous aime, et veut ouvrir une «porte céleste» pour venir dans nos vies pour nous sauver. Tant et aussi longtemps que nous laisserons les loups bloquer cette porte, il n'y aura pas d'espoir pour le diocèse de Québec. C'est notre devoir d'agir, puisque nous sommes baptisés. Comme aurait pu le dire Jean-Paul II:

N'ayez pas peur!

N'ayez pas peur de chasser les loups hors de la bergerie,
Et d'ouvrir toute grande la porte à Jésus-Eucharistie!


Annexe: Critique du DODO

La version originale du DODO («Document d'orientation sur la Démarche du congrès d'orientation pour l'avenir des communautés chrétiennes») était auparavant disponible sur le site web du diocèse. Au 2012-mai-19, je ne le trouve plus. Par contre j'ai trouvé ce jour-là un document plus récent, daté du 2011-sept-08 et intitulé «Cadre de référence pour les réaménagements pastoraux dans le diocèse de Québec» [Cadre de référence pour les réaménagements pastoraux dans le diocèse de Québec], qui déclare: «La démarche de discernement vécue en 2004 dans le cadre du Congrès d'orientation pour l'avenir des communautés chrétiennes demeure toujours une référence sûre» [p. 9].

(Voir aussi la correspondance avec Mme Marie Chrétien, Responsable diocésaine de la Démarche du congrès d'orientation pour l'avenir des communautés chrétiennes.)

A.1) Les bons points du DODO

A.1.1) L'intention officielle est bonne. Faire un effort collectif pour «discerner ce que l'Esprit dit à notre Église aujourd'hui [afin que nous] prenions les décisions opportunes pour relancer l'annonce de la Bonne Nouvelle aux hommes et aux femmes d'ici.» [DODO, p. 3]

A.1.2) Les trois objectifs officiels sont flous, mais pas mauvais. En voici notre interprétation: (i) trouver un énoncé de mission sur lequel on s'entend tous, et utiliser cet énoncé pour décider quoi faire; (ii) trouver de nouvelles façons d'évangéliser, avec la participation active de tous les chrétiens; (iii) développer une nouvelle mentalité «holistique» dans l'organisation paroissiale, régionale et diocésaine. [DODO, p. 5].

A.1.3) Nos problèmes exigent une discussion franche et ouverte. Plutôt que de se cacher la tête dans le sable, le DODO avoue clairement que nous avons de sérieux problèmes. «nos façons de faire en pastorale et l'organisation de nos communautés chrétiennes sont de plus en plus confrontées à des difficultés qui augmentent et qui risquent, à plus ou moins brève échéance, de nous conduire à des impasses.» [DODO, p. 3] «Y a-t-il un avenir pour nos communautés chrétiennes? Comment allons-nous faire pour déployer une véritable action catéchétique? Aurons-nous suffisamment de ressources humaines et financières pour poursuivre la mission dans notre milieu?» [DODO, p. 4].

A.1.4) «L'outil» principal est le discernement. Le fondement de toute cette démarche est «la recherche passionnée de la volonté de Dieu en toutes choses»  [DODO, p. 6].

A.1.5) Les laïcs sont importants. «Chaque baptisé est invité à répondre à l'amour de Dieu et à accepter la mission qu'Il confie personnellement à chaque disciple» [DODO, p. 6]. Et aussi «Tous les membres du Corps du Christ que constitue l'Église sont responsables de la mission. Leur participation nécessite beaucoup plus que la simple présence aux rassemblements et le soutien au financement de la fabrique.» [DODO, p. 12].

A.1.6) Les bénévoles sont fatigués, l'argent va manquer, les prêtres sont vieux. Le nombre des bénévoles actifs baisse, il y en a moins, et certains quittent parce qu'ils sont frustrés [DODO, p. 17]. Les fabriques n'ont pas en ce moment de problèmes financiers, mais les prédictions montrent que ceci devrait arriver d'ici quelques années. [DODO, p. 18] La plupart des prêtres ont plus de soixante ans, et il n'y a que de très rares nouveaux prêtres. [DODO, p. 19].

A.1.7) Revenir au «bon vieux temps» est impossible. «Les communautés chrétiennes ne pourront plus planifier l'avenir en cherchant à reproduire la vision que leur renvoie encore le «rétroviseur» du monde d'autrefois.» [DODO, p. 20].

A.1.8) Un changement radical est nécessaire. «Choisir comme prioritaire l'évangélisation [...] nous obligera à une véritable déprogrammation pour penser les choses autrement» [DODO, p. 29]. Je suis tout à fait d'accord qu'un changement radical est nécessaire au diocèse de Québec, mais pas celui proposé par le DODO!

A.2) Les mauvais points du DODO

A.2.1) Pas le moindre soupçon de subordination au Magistère. Les auteurs aiment citer des choses comme «L'Esprit Saint et nous avons décidé» [Actes, 15, 28, dans DODO, p. 6. Voir aussi toute la p. 7], comme si les laïcs du diocèse pouvaient simplement se rassembler, et ensuite décider sans se soumettre à la hiérarchie de l'Église catholique, ni au Magistère ecclésial. C'est un «péché d'omission», mais il est très grave.

A.2.2) L'énoncé de mission pourrait être protestant. L'énoncé de mission suggéré pour le diocèse de Québec est inacceptable pour les catholiques, car il évacue complètement la notion que l'Église du Christ est fondée sur Pierre, et son successeur le Pape [DODO, p. 9]. De plus, lorsque le document définit le mot «église», la définition exclut toute référence au Pape et au Magistère [DODO, p. 10].

A.2.3) Les mouches du coche protestantes veulent vraiment mettre la main sur le volant! Proposition N° 2 du DODO: «Qu'une équipe d'animation locale soit mise en place dans chaque communauté chrétienne locale. [Cette équipe de cinq bénévoles] est première responsable de la vie et de l'animation de la communauté» [DODO, p. 23]. Voir aussi [DODO, p. 17, fin du deuxième paragraphe]. Proposition N° 24: La fabrique ne devrait pas fournir le logement et les repas à ses prêtres [DODO, p. 30]. L'Église actuelle est trop hiérarchique et doit être gouvernée de manière radicalement différente [DODO, p. 43, première phrase].

A.2.4) Les paroisses sont attaquées. «Le modèle paroissial [...] ne permet plus de répondre aux attentes et besoins nouveaux d'une Église éclatée» [DODO, p. 19]. Le document blâme les paroisses pour tous nos problèmes, et la raison sous-jacente est probablement parce que les paroisses sont dirigées par des prêtres, eux-même dirigés par des évêques, eux-mêmes dirigés par le Pape. Les auteurs disent clairement que: «Une chose cependant nous paraît claire et mérite d'être répétée: [le modèle actuel des paroisses] s'il n'est pas brisé, [...] conduira à l'échec» [DODO, p. 19, encart].

A.2.5) On propose un «nouveau sacerdoce». Proposition N° 16: «Que des rites nouveaux [...] soient développés et offerts dans les paroisses. La présidence de ces nouveaux rites serait confiée à des laïcs» [DODO, p. 29]. Proposition N° 18: parce que le manque de prêtres va rendre la messe du dimanche difficile à célébrer, il faut «que soient mises en place des façons alternatives de se rassembler autour de la parole de Dieu», sans prêtres [DODO, p. 29]. Les soi-disant quatre principales dimensions de l'activité évangélique (la vie fraternelle, l'annonce et l'éducation de la foi, la prière et la célébration, et l'engagement pour la transformation du monde), qui sont pratiquées par les membres laïcs des «équipes d'animation locale», devraient être «reconnus comme des ministères dans notre Église diocésaine et pourraient être des ministères reconnus par l'Évêque» [DODO, p. 42].

A.2.6) Les «équipes d'animation locale» semblent protestantes. Même si toute la structure de la nouvelle organisation ecclésiale est basée sur ces «équipes d'animation locale», il n'y a rien en elles qui soit même vaguement relié au Siège Apostolique [DODO, p. 41-43]. Elles sont en-dessous de la nouvelle entité paroissiale, le «Conseil pastorale de l'unité», et plus puissantes que ce dernier [DODO, p. 43, bas de la colonne de gauche].

A.2.7) Le document utilise souvent une langue de bois bureaucratique. Souvent, les expressions sont si vagues qu'il est difficile de comprendre ce que les auteurs veulent dire. Les propositions 4 à 10 [DODO, pages 26-27] sont un bon exemple. Qu'est-ce qu'elles veulent dire? Voir aussi la Proposition N° 14, qui est vide de contenu [DODO, p. 29]. La Proposition N° 17 est aussi une perle [DODO, p. 29]. La description de la structure et du fonctionnement des «équipes d'animation locale» est tordante. Voir [DODO, p. 41-42]. Si seulement des salaires étaient inclus, ces postes seraient les plus «sénatoriaux», les plus «oisifs» au Canada! Tout ce que vous faites (ou omettez de faire) s'agence parfaitement avec votre description de tâche! Si vous aimez boire de la bière avec vos copains du camp de pêche, ce n'est pas un problème! Devenez simplement le «Responsable de la vie fraternelle» de votre «équipe d'animation locale». Votre description de tâche sera : «de demeurer attentif à la vie des gens de la communauté. Vous verrez à ce que les membres de la communauté portent le souci de souligner les différents événements par une participation aux fêtes du milieu (Hé! Une beuverie!), un mot de soutien (Passe-moi une autre bière!), un geste de solidarité (Je vais t'aider à te traîner aux bécosses!).» [DODO, p. 41, nous rajoutons les commentaires en italique, bien sûr!].

| Accueil >> Sermons perdus