| Accueil >> Sermons perdus

L'approche «pastorale»

Viktor Michailowitsch Wasnezow. Iwan Zarewitsch sur le loup gris.
Un jeune homme et son imagination impure
se font transporter en Enfer par une approche «pastorale».
(Viktor Michailowitsch Wasnezow. Iwan Zarewitsch sur le loup gris. [Source])

1) Introduction

Il y a quelques jours, un diacre catholique récemment ordonné m'a envoyé une ébauche d'article intitulée «Un regard positif sur la Déclaration de Winnipeg». Aujourd'hui nous allons examiner un de ses arguments, qui dépend de la définition de ce qu'est une «approche pastorale».

2) Un exemple d'une approche «pastorale»

D'abord, quelques informations contextuelles. La Déclaration de Winnipeg est fortement critiquée (par des gens comme moi), entre autres pour sa tristement célèbre Section 26, qui dit à peu de chose près que notre conscience invente le bien et le mal:

Selon les principes reconnus de la théologie morale, dans la mesure où ces personnes auraient fait un effort sincère pour se conformer aux directives données, sans toutefois y parvenir, elles peuvent avoir la certitude qu'elles ne sont pas coupées de l'amour de Dieu, dès lors qu'elles choisissent honnêtement la voie qui leur semble la meilleure.

Ce passage de la Déclaration de Winnipeg serait acceptable, selon ce diacre, puisque:

Je crois que la directive ressemble beaucoup dans son intention à celle que je finis par être obligé de faire à chaque session quand j'enseigne l'éthique sexuelle. Inévitablement, quelqu'un lève la main et demande si la masturbation est moralement permise. Après leur avoir enseigné que c'est égoïste et que cela trivialise l'acte sexuel et que c'est donc moralement mauvais, certains étudiants ont l'air d'avoir vu un fantôme. La situation exige une directive pastorale.

Étant donné le fait que les garçons adolescents sont à leur sommet sexuel, qu'ils sont presque constamment inondés d'imagerie sexuelle à la télévision et dans les films, que la plupart d'entre eux ne se sont jamais fait enseigner la moindre chose concernant la morale sexuelle, et que c'est donc beaucoup plus difficile pour un adolescent de cultiver la chasteté aujourd'hui que cela pouvait l'être il y a trente ans, on devrait probablement les rassurer qu'ils n'ont pas besoin d'avoir peur d'être damnés si l'un d'entre eux était frappé par un autobus en traversant la rue en revenant à la maison après l'école.

3) Mais qu'est-ce qu'une approche «pastorale», après tout?

Je pense qu'il y a deux définitions possibles à l'expression: «approche pastorale», parce qu'il n'y a que deux approches possibles. Comme je l'ai dit ailleurs, une situation d'apprentissage implique un genre de barre à une hauteur donnée, par-dessus laquelle les étudiants doivent grimper pour passer le test, et l'enseignement donné par le professeur pour rendre ces étudiants capables de grimper à cette hauteur. Alors si un étudiant, pour une raison ou une autre, n'est pas en ce moment capable de grimper par-dessus cette barre, vous n'avez que deux options:

- baisser la barre; ou
- améliorer l'enseignement.

Si vous appliquez ceci à la religion catholique, la «barre», c'est les vérités dogmatiques et morales enseignées infailliblement par le Magistère. Alors pour la pilule anti-conceptionnelle, ou la masturbation, la «barre» est à une certaine hauteur, et cette hauteur est: «Non, pas du tout, jamais, sous peine de péché mortel». Et l'Église enseigne clairement que les âmes de ceux qui meurent en état de péché mortel vont immédiatement en Enfer, où elles souffrent des tourments éternels [Denzinger, N° 1002].

Alors que faire de ces pauvres couples qui ont 28 enfants et plus un sou, et qui ont un tel appétit sexuel qu'ils sont incapables de seulement se tenir la main dans le lit, autrement le mari sera forcé de commettre l'adultère avec sa voluptueuse secrétaire, tout en attrapant simultanément le SIDA qu'il transmettra ensuite à son épouse, qui mourra jeune et sera donc incapable de prendre soin de tous ces pauvres enfants? Ne pourraient-ils pas prendre la pilule un tantinet?

Et que dire de ces pauvres jeunes hommes rempli d'hormones, qui sont forcés de regarder de la pornographie sur leurs téléphones cellulaires, tout en étant simultanément incapables de lire de bons livres sur la morale parce qu'ils font partie d'une minorité visible dans un pays qui leur interdit la lecture, tout en les obligeant à fréquenter des écoles remplies d'écolières habillées seulement de bikinis? Dieu ne laisserait-il pas passer une petite masturbation par-ci par-là?

4) De quoi aurait l'air mon approche pastorale?

Supposons que j'étais un prêtre dans la sus-mentionné ville bizarre où les pauvres garçons sont «condamnés» à se masturber. Qu'est-ce que je ferais? Abaisser la barre est impensable. Cette barre a été fixée à cette hauteur par Dieu Lui-même. De plus, il est facile et agréable pour tous ces garçons d'être parfaitement chastes, puisque Dieu Lui-même dit qu'Il:

... est fidèle et ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces; Il vous enverra en même temps que l'épreuve la force pour la supporter.
[1Co 10:13]

Alors j'aurais confiance en Dieu, et je ferais mon devoir de Pasteur, qui est de faire tout ce que je peux pour aider ces moutons à sauter par-dessus cette barre! Peut-être que j'établirais des «Nuits de chasteté», où ces jeunes hommes seraient invités à venir à l'église avec leurs sacs de couchage. Je donnerais une brève instruction sur la beauté de la chasteté, ou les merveilles de l'amour marié, ou l'importance de faire un bon acte de contrition dès qu'on a le malheur de commettre un péché, etc. Ensuite les gars diraient un chapelet devant le Tabernacle, pendant que je resterais dans le confessionnal. Ensuite, nous irions tous nous coucher sur des bancs d'église! Ouille! Pas très confortable, mais beaucoup mieux que d'aller en Enfer! Si l'un de nous était tenté, l'entente serait qu'il nous réveillerait tous, et que nous nous agenouillerions tous pour chanter un «Salve Regina» ou quelque chose.

Est-ce si fou? Non. Les soldats dans les zones de combat vont se coucher tout habillés, et si l'ennemi attaque pendant la nuit, ils se réveillent tous les uns les autres pour qu'ils puissent combattre ensemble! Les vrais hommes se battent jusqu'à la mort, et ils abandonnent aucun de leurs camarades de combat.

Cette histoire de sacs de couchage et de bancs d'église est-elle décrite dans le Catéchisme de l'Église catholique? Non. Ce n'est pas une vérité dogmatique ou morale. C'est une approche pastorale, quelque chose qu'un Pasteur fait pour que son troupeau aille au Ciel.

5) Conclusion

Si votre voiture est brisée, il ne sert à rien de dire: «Nous ne pouvons pas aller à l'épicerie en voiture, alors allons plutôt au parc d'amusement en voiture!» Quand votre voiture est brisée, elle est brisée, et elle est brisée pour toutes vos destinations. Il faut réparer votre voiture.

C'est la même chose pour la vertu. Il n'y a pas d'autre choix: ou vous commandez à vos passions, ou vos passions vont vous commander. Si votre vertu est brisée, et que vos passions vous dominent, il ne sert à rien de «baisser la barre» des enseignements de l'Église. Vous ne pourrez pas être heureux tant que vous n'aurez pas réparé votre vertu.

| Accueil >> Sermons perdus