| Accueil >> Philosophie

Erreur: «Nos sens nous trompent!»

Pablo Picasso. Lee Miller.
Les sens de Picasso avaient raison lorsqu'il a peint la laideur de cette erreur philosophique.
(Pablo Picasso. Lee Miller. Source)

1) Introduction

On entend régulièrement certaines personnes affirmer que «Nos sens nous trompent!»

Devrait-on même s'en inquiéter? Oui, absolument! Pour comprendre pourquoi, on peut prendre la métaphore de la métrologie, et du kilogramme-étalon qui est au Bureau international des poids et mesures à Paris. Si un petit coquin tripotait le kilogramme-étalon à Paris, et qu'on ne s'en apercevait pas, c'est toute la science et même tout le commerce mondial qui en subiraient les conséquences désastreuses!

C'est un peu la même chose en philosophie. Il n'y a rien dans notre intellect qui n'a pas, à un moment donné, été dans nos sens. Si nos sens nous trompent, la vérité devient une illusion, nos raisonnements ne sont que du pelletage de nuages, et la philosophie n'est plus qu'un questionnement sans but et sans règles. Et si on détruit la philosophie, on détruit du même coup l'éthique (la quatrième partie de la philosophie), donc il n'y a plus de bien et de mal!

2) Comment fonctionnent nos sens?

Avant d'accuser nos sens, il faut au moins essayer de les comprendre. Nos sens sont un peu comme des instruments de mesure. Or on sait qu'il faut respecter certaines consignes avec les instruments de mesure:

2.1) Un instrument de mesure ne peut pas tout mesurer. Que diriez-vous d'une personne qui se plaindrait que son pèse-personne était incapable de mesurer le nombre de décibels émis par les haut-parleurs de sa chaîne stéréophonique? Voilà qui serait ridicule! Un pèse-personne ne mesure pas le niveau sonore, mais bien la masse corporelle!

2.2) Même pour ce qu'il peut mesurer, un instrument ne peut pas «couvrir» toutes les valeurs possibles. Si vous essayez de peser un seul raisin sur votre pèse-personne, il va probablement vous répondre «0.0 kilogrammes», même si c'est bien évident qu'un raisin pèse quelque chose. Et si vous sortiez le matin de bonne heure en robe de chambre, pour placer votre pèse-personne devant le gros camion de vidanges au moment où il passe dans votre rue, fort probablement que le résultat serait aussi décevant! Un instrument de mesure a toujours (à notre connaissance) une plage de valeurs, un minimum et un maximum à respecter, sinon le dispositif sera détruit, ou du moins son résultat sera incorrect.

2.3) Un instrument de mesure a une précision limitée. Cette règle est un peu comme la règle N° 2.2 ci-haut. Non seulement un instrument ne peut pas mesurer toute la plage des valeurs possibles, mais même entre son maximum et son minimum, il ne peut pas mesurer les variations infimes. C'est pourquoi les bons instruments de mesure ont des étiquettes qui disent quelque chose comme: «Précis à plus ou moins telle précision, entre telle et telle valeur maximale et minimale de sa plage d'opération normale».

2.4) Même pour ce qu'il peut mesurer, dans la bonne plage de valeurs, avec la bonne précision, un instrument doit être en bon état. Après s'être fait passer par-dessus par un gros camion de vidanges, votre pèse-personne va peut-être encore être en bon état, mais peut-être non. Si vous vous pesez après ces péripéties, et qu'il vous dit que vous avez perdu 400 kilogrammes en une journée, il ne faut pas le croire trop vite!

3) Qu'est-ce que nos sens perçoivent?

Nos cinq sens ne sont pas des pèse-personnes ni des voltmètres, alors ils ne mesurent pas les kilogrammes ou les volts. Depuis des milliers d'années (avec l'incontournable Aristote), on divise en trois ce que nos sens perçoivent:

3.1) Sensible propre. Par exemple, pour les yeux, c'est la couleur et l'intensité lumineuse. Pour les oreilles, c'est le son. Pour le goût, c'est le sucré, l'amer, etc.

3.2) Sensible commun. Ce sont les choses comme le nombre, l'étendu, etc. Si vous regardez des feux d'artifice par exemple, vos yeux peuvent voir trois éclairs, vos oreilles peuvent entendre trois «boums», votre petit enfant peut serrer votre main, bien fort, trois fois, etc.

3.3) Sensible par accident. Ce sont les choses comme la nature des corps qui nous entourent. Quand vous arrivez dans la cuisine le matin et que vous voyez votre chère épouse, en fait, strictement parlant, vous ne voyez pas votre épouse mais bien une tache colorée d'une certaine étendue.

4) Nos sens nous trompent-ils?

Nos sens ne nous trompent pas, par rapport à leur sensible propre, lorsque celui-ci est dans les plages de valeur permises, avec la précision adéquate, et que l'organe du sens n'est pas malade ou endommagé.

Je ne peux pas démontrer ici cette thèse de Critériologie (première partie de la Métaphysique, elle-même la troisième partie de la philosophie). Cela serait trop long et demande une formation que je n'ai pas. Par contre, d'excellents auteurs s'en chargeront (comme Aristote, saint Thomas d'Aquin, et je l'espère un jour le MaPhiThoSO). Par contre, je peut regarder certains arguments typiques donnés par les gens qui prétendent que «nos sens nous trompent».

Un des bobards les plus fréquents est l'histoire de l'étoile qui est perçue par l'oeil, même si l'étoile a cessé d'exister il y a des millions d'années. En fait, l'oeil ne se trompe pas; il perçoit les vrais de vrais photons qui frappent sa rétine (sensible propre). C'est la raison qui en tire une conclusion fausse sur l'existence actuelle d'une étoile (sensible par accident). Ceci est d'autant plus compréhensible quand on pense que nos sens sont utilisés presque toujours pour des distances où la lumière prend un temps négligeable pour se rendre à notre rétine. Normalement, les hommes des cavernes ne couraient pas après des mammouths qui se situaient à des millions d'années-lumière!

Un autre bobard concerne toute la série des illusions d'optique. Bien sûr, il est assez bizarre de prendre les illusions d'optique comme une «preuve» que nos sens nous trompent, car on les catalogue soigneusement dans des livres intitulés «Illusions d'optique»! Si nos sens nous trompaient, nous ne saurions pas que ce sont des illusions!

Les illusions d'optique s'expliquent en général soit par le N° 2.3 et 2.4, soit par le N° 3.3 ci-haut. Par exemple, lorsqu'on va au cinéma, on pense voir un film où les acteurs bougent, mais en fait ce sont des photos de gens immobiles. C'est tout simplement que l'oeil ne peut pas percevoir un mouvement trop rapide (N° 2.4), alors la succession des images statiques (environ 36 par secondes) lui semble être une seule image en mouvement. Pour revenir à notre pèse-personne, si vous étiez capable de vous enlever de votre pèse-personne et de vous remplacer par un raisin, pour ensuite revenir sur votre pèse-personne en moins de 0.00000001 secondes, probablement que votre pèse-personne prétendrait que le raisin pèse très, très lourd!

L'autre catégorie d'illusion est généralement quand on attribue à l'oeil des jugements qui en fait dépendent de la raison (sensible par accident), comme la longueur relative de deux lignes, ou une image qui semble être un chien pour certains, et une vieille grand-mère pour d'autres, etc.

La fiabilité de nos sens est attaquée par bien d'autres arguments, qui peuvent tous être facilement réfutés, en s'y prenant en gros comme nous venons de le faire.

5) Conclusion

Si nos cinq sens se prenaient un avocat, fort probablement que les gens qui prétendent que «nos sens nous trompent» se feraient poursuivre pour diffamation! Nos sens n'ont jamais signé un contrat disant qu'ils ne tomberaient jamais malades, ou qu'ils pouvaient tout percevoir dans n'importe quelles circonstances.

Si on respecte nos sens, et qu'on ne leur demande pas plus qu'ils ne peuvent nous dire, ils seront immensément plus fiables que les mauvais philosophes sceptiques et relativistes!

| Accueil >> Philosophie