| Accueil >> Varia >> Livres >> Précis de philosophie

[précédente] [suivante]

Éthique (§1174 à §1201)

Article 2. L'échange et la circulation.

b106) Bibliographie spéciale (L'échange et la circulation)

§1174). Comme nous l'avons dit, dans une économie évoluée, le producteur ne travaille pas ordinairement pour lui, mais pour les autres, auprès desquels il se procure à son tour ce qui lui est nécessaire. Tel est le grand phénomène appelé «échange» que l'on peut définir: «L'acte de céder une chose contre une autre».

L'échange suppose évidemment la propriété privée dont la morale indique la légitimité [§1113]. C'est dans cette hypothèse, d'ailleurs la plus universellement réalisée sous diverses modalités [°1578], que nous nous mettrons dans cet article; et nous chercherons à déterminer au point de vue de la science positive, les conditions de l'échange, ses lois, ses diverses manifestations, et les institutions économiques qu'il a suscitées.

Or, la condition fondamentale qui permit à l'économie d'échange de se développer fut la découverte de la monnaie. Elle permit de mesurer exactement la valeur des biens et d'en déterminer le prix: d'où l'apparition des marchés et des progrès du commerce. Mais l'ingéniosité humaine sut trouver d'innombrables combinaisons pour faciliter, multiplier les échanges et les rendre plus avantageux: on convint souvent de différer les paiements par les ventes et achats à crédit; et pour effectuer ces opérations d'échange plus compliquées, apparurent des institutions spécialisées: les banques. De même le commerce, en s'organisant, donna naissance aux bourses où se négocient soit les marchandises, soit l'argent lui-même; et lorsque les échanges se font entre nations diverses dont le système monétaire est différent, apparaît le problème du change, qui réagit souvent sur la vie économique intérieure. Enfin, les transports, qui d'abord faisaient partie intégrante du commerce, sont devenus des entreprises à part.

D'où nos cinq paragraphes:

1. - La valeur et la monnaie.
2. - Les prix et les marchés.
3. - Le crédit et les banques.
4. - Le commerce, les bourses et les changes.
5. - Les transports.

1. - La valeur et la monnaie.

§1175). Au point de vue purement positif de la science expérimentale, ce qui apparaît d'abord à l'observation, c'est le phénomène économique des achats et des ventes où l'on se transmet à un prix déterminé les biens et les services. Mais la notion de prix est beaucoup plus claire, si on la rattache à la monnaie, et celle-ci n'est qu'un moyen de préciser, même mathématiquement, la valeur des objets échangés. C'est pourquoi, nous commencerons par définir nettement ces deux idées fondamentales en économie: la valeur et la monnaie.

Nous établirons, comme il convient, des définitions par induction, en partant des faits, mais sans nous défendre de rattacher ces réalités, spécialement la valeur, à des notions plus générales connues par la philosophie: car ces rapports nous aident à comprendre l'influence mutuelle dès lois économiques et des lois morales.

Proposition 8. 1) La notion de valeur en général se rattache à celle de bien. 2) Si l'on en distingue quatre formes principales: la valeur d'usage ou d'échange, la valeur personnelle ou sociale, la valeur économique est celle qui est à la fois d'échange et sociale. 3) Elle varie en fonction de divers facteurs, dont les principaux sont les qualités intrinsèques des biens, leur rareté, le travail nécessaire à leur production.

Explication et preuve.

§1176) 1. - La valeur en général. Si l'on consulte l'expérience, la valeur apparaît d'abord liée à la perfection des choses: le plus souvent, on en parle à propos d'objets précieux: un bijou de grande valeur; ou pour faire ressortir une qualité spéciale: homme de valeur; service de valeur, etc. Aussi ne l'attribue-t-on pas seulement aux choses matérielles, mais à tout ce qui a une réelle perfection: on parle en ce sens des valeurs morales, des valeurs spirituelles. Disons donc en général que la valeur est le degré de bonté d'une chose, fondé sur son degré de perfection [§176].

La perfection étant ainsi le fondement du bien, on trouve le terme valeur employé en des acceptions aussi variées et universelles que celles du bien, qui est en général tout ce qui convient à un appétit.

Cependant, nous nous restreindrons ici au bien et à la valeur par rapport à l'homme, dans l'ordre de la vie humaine et de notre volonté libre, et nous distinguerons d'abord deux sortes de valeur:

1) Celles qui constituent le but même de la vie humaine, qui fondent le bien constituant notre fin dernière (bien honnête), qui sont voulues pour elles-mêmes et en fonction desquelles toutes les autres sont hiérarchisées. Ce sont les valeurs culturelles, qui caractérisent une civilisation [°1579] et qui se synthétisent, aux yeux de la droite raison, dans un ensemble d'efforts pour procurer davantage la gloire de Dieu.

2) Celles qui constituent les moyens aptes à réaliser ce but, qui appartiennent au bien utile, et qui sont donc relatives à la fin poursuivie. On peut les appeler en général: valeurs relatives ou valeurs d'utilité, et elles se réalisent principalement dans l'ordre économique [°1580].

En reprenant la définition, donnée plus haut, du bien utile, dans la perspective de l'économie, science positive, nous pourrons définir la valeur économique: «Le degré d'aptitude d'un bien utile à répondre à nos besoins par un usage prudent et organisé» [°1581].

On ne peut considérer la valeur culturelle sans se mettre au point de vue moral. D'autre part, la valeur des biens utiles se mesure sur celle du but final poursuivi, en sorte que le degré de progrès économique fait partie intégrante d'une civilisation, et ainsi la détermination des valeurs économiques soulève d'importants problèmes de morale sociale [Nous les résoudrons au chapitre 2, §1230]. Il convient cependant de considérer ces valeurs d'abord en elles-mêmes, comme simple fait psychologique dont nous cherchons à préciser les manifestations et les lois d'évolution dans la vie économique.

§1177) 2. - La valeur économique. La notion de valeur, comme celle de bien, est essentiellement relative à la personne dont elle comble le besoin. Ainsi tel objet qui a grande valeur pour l'un n'en a guère pour l'autre: un meuble usagé, souvenir du mari défunt, sera précieux pour la veuve et estimé à vil prix par les autres. Il y a pourtant des objets, comme le pain, également utiles à tous. D'où, une première distinction:

1) La valeur personnelle est celle que revêt un objet pour nous en fonction de nos dispositions individuelles.

2) La valeur sociale est celle que revêt un objet en fonction des dispositions des hommes en général.

Puisqu'il s'agit de biens utiles, leur valeur consiste principalement dans l'usage que l'on peut en faire pour satisfaire ses besoins, soit directement, en les consommant, soit indirectement, en se servant d'eux pour produire les biens de consommation. Mais un bien peut être utile d'une autre façon indirecte, si, en le cédant à une autre personne, on en reçoit un autre en échange. D'où une deuxième distinction:

3) La valeur d'usage est l'aptitude d'un bien à répondre à nos besoins ou à notre travail.

4) La valeur d'échange est l'aptitude d'un bien à nous procurer un autre bien auprès des autres.

Ces deux dernières valeurs ne coïncident pas toujours: ainsi l'eau pure et abondante, ou l'air que nous respirons ont une grande valeur d'usage, mais leur valeur d'échange est normalement nulle; et un bijou, dont on peut aisément se passer, peut avoir une grande valeur d'échange.

Cet exemple montre qu'une simple valeur d'usage ne suffit pas pour qu'un bien rentre dans l'ordre économique: il faut qu'un travail d'adaptation prudente soit nécessaire: et à ce moment, ce bien acquiert le pouvoir d'épargner cette peine à un autre, c'est-à-dire une valeur d'échange [°1582].

Comme, d'autre part, la science économique élimine les variations individuelles pour considérer les faits d'ensemble, nous dirons que la valeur économique est toujours une valeur à la fois d'échange et sociale.

§1178) 3. - Facteurs de la valeur économique. Il importe de déterminer les facteurs dont dépend la valeur sociale d'échange, ou valeur économique, car cette connaissance peut nous éclairer sur les lois de formation et d'évolution de la valeur. Or l'expérience nous apprend que plusieurs causes exercent leur influence; notons les trois principales:

1) Les qualités de l'objet, considéré, soit en lui-même, soit dans les circonstances qui l'entourent: ainsi une table en chêne vaut plus qu'une autre en sapin, à cause des qualités intrinsèques du bois. De même, tel terrain vaut plus à cause de ses qualités: et si, la ville s'agrandissant, il devient terrain à bâtir, cette circonstance extrinsèque augmentera considérablement sa valeur. Et comme ces qualités peuvent être successivement découvertes ou utilisées, on peut distinguer à ce point de vue une triple valeur:

a) la valeur actuelle; celle d'une chose dont l'utilité nous est connue et qui est à notre portée.

b) la valeur potentielle: qui pourrait être; mais qui n'est pas, par ignorance de l'utilité, impossibilité d'en user, etc.; par exemple: une chute d'eau inexploitée.

c) la valeur de spéculation: celle qu'on attribue actuellement à une chose en raison de la valeur qu'elle aura probablement dans l'avenir.

2) La rareté de l'objet ou le désir de l'acheteur. Parmi les circonstances, la rareté mérite une mention spéciale. Ainsi, un verre d'eau n'a pas la même valeur pris à la source ou par le voyageur dans le désert. Sans doute, cette circonstance tout extérieure n'ajoute rien à la perfection même de l'eau; mais elle accroît sa bonté du côté du sujet, et ainsi, fait monter sa valeur pour lui. Le cas est tout semblable à celui de la valeur personnelle; mais comme la rareté affecte d'ordinaire un produit par rapport à un ensemble, par exemple en temps de guerre, la rareté des vivres dans les nations envahies, elle est un facteur constitutif de valeur sociale et économique.

Un grand effort a été fait par certains économistes (spécialement Menger et l'école de Vienne) [°1583] pour ramener la rareté à un cas de l'utilité de l'objet et expliquer par elle tous les caractères de la valeur. C'est la théorie de l'utilité marginale, ou marginalisme. L'objet rare, dit-on, répond à un besoin intense, d'où sa grande utilité et valeur; tandis que par l'abondance, il répond à des désirs de moins en moins grands jusqu'à devenir nuls, comme pour l'air et l'eau. Or, on juge de l'ensemble par la valeur de la moins utile des parties dans un bien divisible, comme ceux qui sont rares ou abondants. Par exemple, pour l'affamé, la première tranche de pain qui l'empêche de mourir répond à un désir très intense; chacune des suivantes répond à un désir moindre; en temps normal, le pain est assez abondant, non pas pour être trouvé à volonté, mais pour répondre au simple désir indirect de le tenir en réserve pour le manger en cas de besoin. L'utilité finale qui répond à ce dernier désir - l'utilité marginale - sera donc la mesure de la valeur de toute la masse disponible de pain. Mais quand celui-ci se raréfie, l'utilité de la dernière tranche est plus grande, et la valeur du tout monte.

Ainsi expliquée, l'influence de la rareté revient à celle du désir de l'acheteur sur l'objet d'échange; car la valeur exprimant la bonté de l'objet utile, il est normal qu'elle dépende de l'appétit qu'elle doit satisfaire [°1584]. Notons pourtant que, pour agir, ce désir doit être économiquement efficace, c'est-à-dire être accompagné des ressources voulues pour réaliser l'échange. Un désir intense d'automobiles chez les pauvres n'en fera pas monter les prix, et le marché noir monte en raison des riches, prêts à payer très cher.

En science positive, on constate comme un fait cette influence de la rareté et du désir sur la valeur des biens. Mais ces désirs ne sont pas nécessairement légitimes, en sorte que la valeur de fait ne correspond pas toujours à la valeur de droit, tel que la détermine la morale [cf. théorie du juste prix, §1248].

3) Le travail ou le coût de revient. C'est ici la part de l'influence du vendeur en face de l'acheteur: car la valeur d'échange, en dehors des qualités mêmes de l'objet, résulte d'un équilibre, - exprimé par une convention librement consentie - entre les désirs de l'acheteur et les exigences du vendeur. Car, selon la loi d'intérêt, celui qui offre un bien demande, comme première condition d'échange, d'être payé de sa peine ou de rentrer dans ses frais; il ne saurait accepter de donner longtemps à perte, et s'il le fait parfois, c'est dans l'espoir d'un gain futur plus considérable.

Puisque le travail est cette «activité productrice d'un bien ou service utile», nous devons dire qu'il est un facteur constitutif de la valeur économique des choses: un meuble artistique fait à la main, aura plus de valeur que le même meuble fait en série par des machines.

Pour ceux qui procèdent à l'échange sans être producteurs, le travail incorporé dans l'objet est inclu dans le coût, ou prix de revient: c'est pour eux la première donnée qui détermine la valeur du bien à échanger: ils doivent d'abord rentrer dans leurs frais.

Karl Marx et les socialistes veulent ramener toute la valeur économique d'un objet au travail qui lui est incorporé [°1585]; les marginalistes, à l'opposé, voudraient la définir uniquement par l'utilité; les uns et les autres sont réfutés par l'expérience dont ils n'analysent qu'un aspect.

§1179) En résumé. La valeur économique, qui est la valeur sociale d'échange, est le degré d'utilité d'un bien ou service mesuré à la fois par les qualités intrinsèques du bien, le désir de l'acquéreur, dépendant en particulier de la rareté, et les exigences du vendeur, fondées d'abord sur son travail ou son prix de revient (à condition évidemment que ces exigences restent dans le cadre de l'utilité sociale de l'objet d'échange) [°1586].

Cette analyse nous fournit tous les éléments nécessaires pour comprendre la loi de formation et d'évolution des prix. Mais ceux-ci supposent, pour déterminer la valeur, une règle précise qu'il faut d'abord définir: la monnaie.

Proposition 9. La monnaie est essentiellement un moyen perfectionné d'échange, parce qu'elle est à la fois une commune mesure et un accumulateur de valeur: aussi, bien que souvent incorporée à une marchandise, elle peut jouer son rôle indépendemment des autres biens.

Explication et preuve.

§1180). La première forme d'échange est le troc, qui est l'échange direct d'une marchandise contre une autre: par exemple, d'un mouton contre un fusil; il reste encore en usage, et s'appelle «paiement en nature».

Mais ce moyen a plusieurs inconvénients qui freinent le mouvement des échanges: il exige, en effet, à la fois, que chacun des deux échangistes veuillent se défaire d'un objet, et que ces objets soient d'égale valeur. Pour supprimer ces obstacles, on a choisi une marchandise, d'usage général et divisible, comme le blé, apte à servir de commune mesure, et avec laquelle on pourra, chez un autre échangiste et en un autre temps, retrouver un service ou un bien d'égale valeur. Cette marchandise intermédiaire est ainsi devenue un moyen perfectionné d'échanges, les rendant plus faciles et plus fréquents: c'est ce qu'on appelle une monnaie.

La monnaie est donc en général un intermédiaire destiné à perfectionner les échanges économiques.

Or, pour être un bon moyen d'échange, la monnaie doit jouer deux rôles principaux auxquels, semble-t-il, se ramènent tous les autres:

1) D'abord, elle doit être la commune mesure des valeurs (la mesure étant «une grandeur à laquelle on rapporte toutes les autres de même espèce pour les comparer entre elles» [°1587]), car elle doit permettre d'estimer avec précision n'importe quel autre bien, afin de pouvoir tous les échanger par son moyen. Et pour cela, elle doit avoir elle-même une valeur précise et être facilement divisible en parties égales et homogènes.

2) Ensuite, elle doit être un accumulateur de valeur, afin de pouvoir se retransformer, même après un certain temps, en un bien ou service identique ou d'égale valeur, comme l'accumulateur restitue l'énergie qu'il a emmagasinée; et pour cela sa valeur propre doit être à l'abri des changements, autant que possible, même à travers le temps.

On pourrait distinguer quatre fonctions de la monnaie. Elle est:

a) intermédiaire des échanges: c'est sa fonction essentielle;

b) moyen de paiement: même sans considérer sa valeur intrinsèque (comme dans le cas d'un billet), celui qui la reçoit se considère comme définitivement payé parce qu'il est assuré de retrouver un bien équivalent à celui qu'il a donné. Cette fonction est d'ordinaire sous-entendue, car elle n'est qu'un aspect de la première (moyen d'échange);

c) commune mesure des valeurs, les ramenant toutes à la même unité;

d) accumulateur des valeurs, ou moyen de thésaurisation [°1588].

Pour exercer ces fonctions, on a d'abord choisi une marchandise ayant sa propre valeur, capable de servir de base pour évaluer toutes les autres, (comme tous les poids dans le système métrique sont ramenés au poids de 1 cm 3 d'eau), mais capable aussi d'être un bon accumulateur de valeur, c'est-à-dire de se conserver intacte, pour qu'on puisse retrouver par elle un bien ou service équivalent à celui qu'on avait donné; et dans les pays civilisés, le choix s'est fixé sur les métaux précieux, l'or et l'argent. En effet, le métal précieux, spécialement l'or, est un corps simple, homogène, facilement divisible en parcelles dont chacune a les mêmes propriétés; quoique dur, il est très malléable et peut recevoir des empreintes distinctives; il est d'ailleurs aisément reconnaissable, pour éviter les contrefaçons; enfin; étant rare, il a une grande valeur sous un petit volume, ce qui facilite les transports et en diminue les frais [°1589]; et par là, l'or est très apte à servir d'unité de mesure dans les échanges. De plus, il ne s'altère pas, étant chimiquement un des corps les plus stables; il résiste à l'action de l'eau, de l'air, du feu; et sa valeur varie relativement peu dans l'espace et le temps, parce que sa rareté en limite l'emploi et ne permet qu'une augmentation modérée de sa masse totale [°1590]; et par là, il est aussi un assez bon accumulateur de valeurs.

On peut donc concevoir la monnaie comme une marchandise ayant sa valeur propre et même son usage économique: (ainsi, l'or répond au besoin de parure, d'ornementation, d'ustensiles de luxe, et à quelques emplois industriels: auréfaction des dents, plumes à écrire, photos, lunettes etc. [°1591]). Mais la monnaie a en plus cette valeur très spéciale de procurer à son détenteur un pouvoir d'achat illimité: la possibilité d'obtenir n'importe quel autre service ou bien utile, et cela partout et toujours, dans la mesure où elle est admise comme un moyen d'échange.

Cependant, c'est cette valeur spéciale seule qui constitue la monnaie commerciale; et il n'apparaît pas impossible à priori de la réaliser en soi, indépendamment de toute autre valeur, séparée de toute marchandise. En effet, pour constituer une unité de mesure, il faudra sans doute rapporter toutes les valeurs à l'une d'entre elles convenablement choisie; mais celle-ci ne doit pas nécessairement être présente pour servir à l'échange, de même qu'on pèse les corps sans se servir d'eau: on peut estimer la valeur des marchandises par rapport à l'or, sans posséder un gramme d'or; et l'on pourrait choisir une autre base de comparaison, comme par exemple, une journée de travail, avec le même succès. D'autre part, la monnaie, pour être un accumulateur de valeur et jouer son rôle effectif de moyen d'échange, peut prendre une forme quelconque, fût-ce celle d'un billet ou d'une simple inscription sur un livre de compte, pourvu que son détenteur soit assuré de retrouver par elle un bien équivalent; car ce qui fait exister la monnaie, c'est la confiance du public, c'est le consentement général à recevoir tel moyen de paiement, parce qu'on juge qu'il sera de même accepté en échange d'autres biens et services. Nous avons ainsi la monnaie pure (ou «monnaie fiduciaire», ou «fiat money» en anglais), détachée de l'or et de toute autre marchandise, formant un bien «sui generis», et que nous définirons: «le moyen d'échange jouant le rôle d'unité de mesure et d'accumulateur des valeurs».

Pour mieux montrer la possibilité de cette monnaie pure, nous nous mettrons, dans la proposition suivante, au point de vue historique des systèmes monétaires réels.

Proposition 10. Les systèmes monétaires modernes à base métallique sont dominés par la loi de Gresham: «La mauvaise monnaie chasse la bonne». Mais il est possible d'adopter une monnaie pure qui échappe à cette loi.

Explication.

§1181). La monnaie est par excellence une valeur sociale d'échange, étant par essence cette valeur indifférenciée universelle, convertible en n'importe quel autre bien. Aussi attirat-elle toujours l'attention des pouvoirs publics chargés de veiller au bien commun, et tout naturellement les chefs d'État se réservèrent-ils le droit de contrôler ou d'effectuer les émissions de la monnaie.

On appelle «système monétaire» l'ensemble des règles prises par une autorité publique pour assurer le bon fonctionnement du moyen d'échange adopté.

On appelle «étalon monétaire» la marchandise (ou la valeur) dont une quantité déterminée est adoptée comme unité de mesure de toutes les autres valeurs. Dans les nations civilisées, au XIXe siècle, on adopta comme étalon monétaire, soit l'or seul (Angleterre, États-Unis, etc.) soit l'argent seul (Indes anglaises), soit les deux à la fois, en déterminant d'une façon stable leur rapport précis de valeur: ainsi firent les pays de l'union latine: France, Belgique, Italie, Suisse et Grèce, créée en 1865, en établissant entre l'or et l'argent le rapport de 1 sur 15.5, l'unité monétaire étant le franc, soit 5 grammes d'argent au titre de 900 sur 1000.

Le titre d'une monnaie est la proportion de métal fin qu'elle contient. L'alliage est la proportion de métal inférieur: celui-ci, (cuivre d'ordinaire), est ajouté pour donner plus de dureté aux pièces.

En partant de l'idée que la monnaie est une marchandise qui devient le moyen général de mesure et d'échange de tous les biens utiles, l'État obtient ce résultat en choisissant un métal précieux qu'il divise en parcelles déterminées, et en lui conférant le cours légal: Tout créancier auquel un débiteur offre cette monnaie est obligé de l'accepter pour la valeur des unités inscrites à son revers, ou bien il doit renoncer à sa créance. Ainsi la monnaie possède un pouvoir libérateur illimité, partout où elle a cours: d'abord à l'intérieur de l'État qui la crée, puis dans ceux qui adapteraient le même métal, en proportion de la quantité du métal contenu dans les pièces en usage.

Mais comme l'or ou l'argent est une marchandise, il peut s'établir une distinction entre sa valeur nominale et sa valeur réelle. La valeur nominale est celle qui est imposée par le cours légal. La valeur réelle est celle que possède la monnaie en proportion du métal précieux qu'elle contient.

La monnaie est dite droite, si sa valeur réelle est égale à sa valeur nominale; elle est dite faible, quand sa valeur réelle est inférieure à sa valeur nominale; et elle est dite forte dans le cas contraire.

L'État crée parfois une monnaie faible, quand, voulant multiplier ses ressources; il maintient la valeur nominale en diminuant le titre ou la quantité d'or ou d'argent contenue dans les pièces. Il peut aussi émettre des billets [§1193] qui, en droit, devraient être de simples substituts de l'or, mais auxquels il impose un cours forcé, sans métal précieux correspondant.

Dans ce cas, il se produit toujours un phénomène économique bien mis en relief par l'économiste anglais Gresham (1519-1579) dans une formule qui porte le nom de loi de Gresham: «La mauvaise monnaie chasse la bonne». Cette loi s'applique quand se trouvent simultanément en circulation une monnaie usée et une monnaie neuve; une monnaie de papier dépréciée et une monnaie métallique; une monnaie faible et une monnaie droite; une monnaie droite et une monnaie forte.

Cette loi n'est qu'une application de la loi d'intérêt: chacun trouve, en effet, avantage à thésauriser la bonne monnaie qui est seule un bon accumulateur de valeur, ou à s'en servir pour les paiements à l'extérieur où seule elle a cours; et ainsi elle disparaît de la circulation intérieure.

Le moyen de maintenir la monnaie droite est de respecter la liberté de la frappe: bien que l'État garde le monopole de la fabrication, chacun peut apporter à l'Hôtel des monnaies du métal précieux à frapper. En ce cas, si l'État donnait cours légal à une monnaie faible, chacun s'empresserait de faire refrapper ses pièces authentiques pour profiter de la différence: la nouvelle monnaie deviendrait rapidement la seule existante et on l'estimerait à sa vraie valeur, de sorte que l'État n'aurait aucun profit au changement.

C'est pourquoi le système monétaire moderne comprend trois règles essentielles: le choix d'un métal comme unité de mesure, la frappe libre de ce métal, et son pouvoir libérateur illimité.

§1182). Les économistes discutent sur la valeur des systèmes monométallistes ou bimétallistes. L'avantage d'adopter deux métaux, l'or et l'argent, auxquels on donne également le privilège de la frappe libre et du pouvoir libérateur illimité, est de trouver plus facilement la masse monétaire nécessaire et d'en tirer plus facilement les diverses pièces: car l'or a une trop grande valeur pour être monnayable en fractions trop petites: 1 franc à 0 franc, 10 cent.

Mais on peut aussi résoudre la difficulté par les monnaies d'appoint ou billons: ce sont de petites pièces en argent, nickel ou cuivre, etc. dont la valeur réelle est inférieure à la valeur nominale, et qui ont cours légal forcé, mais dont la frappe au lieu d'être libre, est limitée par l'État (qui en fabrique seulement la quantité nécessaire aux échanges) et dont la force libératoire est aussi limitée. Ainsi, en Belgique, le billon nickel n'a cours que jusque 50 francs et le billon alliage (cuivre, zinc et nickel) jusque 5 francs. On les accepte pourtant, parce qu'il est toujours possible de les échanger contre une monnaie vraie.

Un autre avantage du bimétallisme est de servir de trait d'union entre les États monométallistes, et de favoriser ainsi le commerce international.

Mais le plus grave inconvénient se révéla lorsque l'argent, étant devenu moins rare, diminua de valeur comme marchandise: les spéculateurs se procuraient ce métal avec de l'or dans les autres pays et l'apportaient à la frappe dans les pays bimétallistes pour profiter de la différence: l'argent devint une «mauvaise monnaie qui chasse la bonne» c'est-à-dire l'or [°1592]. Aussi, l'Union latine décida de limiter la frappe de l'argent, puis, en 1871, de l'interdire, tout en laissant aux pièces de 5 francs le pouvoir libératoire illimité: ce fut le bimétallisme boiteux qui cessa tout-à-fait en 1926.

Actuellement la plupart des États sont ralliés à l'étalon-or. Cependant ceux qui sont pauvres en or ont intérêt à chercher une monnaie indépendante: l'Allemagne, en particulier, avait réussi, avant 1940, à mettre sur pied un système de mark-papiers avec cours légal forcé, et qui, grâce à des mesures appropriées, fonctionnait normalement, non seulement pour les échanges intérieurs mais aussi pour le commerce avec l'étranger.

Il sera plus facile de comprendre la portée de ces mesures après avoir exposé la théorie des prix et du commerce. Notons seulement ici que le système bimétalliste qui, malgré ses défauts, se maintint trois quarts de siècle, suggère la possibilité d'une monnaie pure. Si l'on demande, en effet, dans ce système, quelle est l'unité de mesure: l'or ou l'argent, le problème semble insoluble, puisque chacun des métaux a le même privilège comme moyen d'échange; mais comme le rapport entre eux est fixe, on s'en réfère implicitement à une unité commune de valeur, abstraite et indifférente à l'un ou l'autre métal, et dont tout le rôle est de servir de moyen d'échange. Cette valeur indifférenciée et universelle est la monnaie pure, nécessairement unique et qui échappe ainsi à la loi de Gresham. Peu importe le signe matériel qui l'exprime: l'essentiel est qu'elle soit acceptée d'un commun accord comme moyen d'échange, c'est-à-dire qu'en l'acceptant, on ait la garantie de pouvoir retrouver avec elle un bien d'égale valeur. La possession de l'or donne cette garantie; mais un ensemble de mesures nationales et internationales pourrait aussi la donner, comme nous le montrerons mieux plus loin [§1198].

2. - Les prix et les marchés.

Proposition 11. 1) Sur un marché donné où règne la libre concurrence, la formation des prix obéit à la loi de l'offre et de la demande; 2) dans le cas de monopole, à la loi du plus grand profit.

A) Notions préliminaires.

§1183). Le prix est la valeur d'un bien exprimée en monnaie. Il s'agit de la valeur sociale d'échange dont nous avons établi la nature et les facteurs constitutifs [§1177, sq. et §1179]. Grâce à l'intervention de la monnaie, cette valeur peut être exprimée avec une précision mathématique, et les divers biens échangés parfaitement comparés entre eux.

Le marché est une réunion d'échangistes où les prix offerts et demandés sont publiés et connus de tous. Ce peut être la foule d'une foire, ou un village où les prix sont affichés aux magasins, ou toute une contrée, où le prix d'une denrée, par exemple, est bien connu: il se forme ainsi des marchés nationaux et même un marché mondial; mais celui-ci pose le problème du commerce international et sera considéré spécialement au paragraphe 4.

Sur un marché, s'établit un prix unique, car, bien que les désirs des vendeurs et des acheteurs soient très divers, ceux qui sont décidés à l'échange et donc ne se retirent pas du marché, finissent par se mettre d'accord; et comme les prix sont publics, les concessions mutuelles réagissent les unes sur les autres et aboutissent à un prix unique [°1593].

Ainsi le prix apparaît comme un équilibre réalisé entre les deux volontés - de l'acheteur et du vendeur - sur l'approbation d'une valeur d'échange. La loi de formation des prix est donc la loi qui régit ces volontés libres dans leurs décisions; dès lors, on est loin du déterminisme rigide des lois physiques: il y a toujours place soit pour les exceptions individuelles, soit pour des influences morales. Mais quand il s'agit d'un ensemble, comme un marché, il existe une vraie loi économique des prix, en application de la loi générale d'intérêt établie plus haut. Cette application est d'ailleurs assez différente dans le cas de libre concurrence, où plusieurs vendeurs indépendants offrent le même bien à un ensemble d'acheteurs; - et dans le cas de monopole, où un des deux échangistes, ordinairement le vendeur, est seul pour régler le prix à sa convenance.

B) Loi, en libre concurrence.

§1184) 1. - La loi. En prenant un marché en général, où le vendeur représente l'offre et l'acheteur, la demande, une expérience universelle constate la loi suivante appelée: «loi de l'offre et de la demande».

«Sur un marché donné, plus les quantités offertes par les vendeurs sont considérables, toutes choses égales d'ailleurs, et moins les prix sont élevés; - moins les quantités offertes offertes sont considérables, plus les prix sont élevés. Réciproquement, plus les quantités demandées par les acheteurs sont considérables, et plus les prix sont élevés; - moins les quantités demandées sont considérables, et moins les prix sont élevés».

§1185) 2. - Précisions. 1) Cette loi n'indique pas le degré de la baisse ou de la hausse, mais seulement le sens général: il n'y a pas, en effet, de proportion mathématique entre la quantité offerte et le prix. Il faut tenir compte en particulier de ce qu'on appelle l'élasticité de la demande (ou de l'offre), c'est-à-dire la possibilité pour une demande d'être restreinte on augmentée. Cette possibilité varie avec les marchandises: pour le pain, par exemple, qu'il soit offert en grande ou en petite quantité, la demande ne variera guère, parce qu'elle répond à un besoin constant; c'est pourquoi la rareté influera beaucoup sur la hausse. Au contraire, s'il s'agit de viande ou de vin dont on se passe plus facilement, une hausse diminuera la demande, et par le fait, tendra à faire baisser le prix, et ainsi, l'équilibre se rétablit.

Inversement, s'il s'agit d'un bien dont la demande est peu élastique, une baisse de prix n'est pas compensée par un afflux nouveau d'acheteurs, et la baisse continue. Il peut alors se produire un effet paradoxal mis en relief par l'économiste anglais King (fin du XVIIe siècle), et qu'on appelle la loi de King: «La valeur globale d'une quantité de bien plus grande tend à devenir moindre que la valeur globale d'une moindre quantité vendue à un prix plus élevé». Une mauvaise récolte, disait King, (à cause de la hausse des prix) a plus de valeur qu'une récolte abondante.

Cette loi n'est pas universelle, mais elle explique en partie le phénomène économique de la surproduction et la pratique de certains vendeurs qui détruisent une partie de leurs marchandises pour «revaloriser» le reste.

2) Il faut noter surtout que, dans la loi de l'offre et de la demande, on considère le marché d'une façon très générale et schématique. La réalité est beaucoup plus complexe et il convient de distinguer principalement trois sortes de marchés:

a) Dans le marché des biens de consommation (marché agricole, magasins d'épicerie, de vêtements, etc.) l'acheteur est habitué non pas à présenter son prix, mais à considérer le prix d'offre qui est actuellement fixé; dans ce cas, surtout pour les produits manufacturés, la base du prix est principalement le coût de production: et l'on peut dire que sous l'action de la concurrence, le prix du marché tend à se rapprocher le plus possible du prix de revient du producteur le plus exigeant: les autres vendeurs désirant augmenter leur profit par un moindre prix de revient - à moins cependant qu'un vendeur trouve son intérêt à exciter la demande en fixant son prix plus bas, auquel cas le producteur plus exigeant sera éliminé par la concurrence. La loi de l'offre et de la demande joue donc encore, mais freinée par l'influence du coût de production sur la fixation du prix.

b) Dans le marché intermédiaire des grossistes, où le vendeur n'est plus le producteur, et l'acheteur n'est pas encore le consommateur, la loi se réalise spécialement bien: les prix sont également offerts par les deux parties, et les quantités disponibles, d'ordinaire bien connues, influent directement par leur variation sur la variation des prix.

c) Enfin sur le marché originel, où le producteur offre son produit, la considération du prix de revient retrouve son influence prépondérante, surtout pour les marchandises fabriquées [°1594]. Ainsi la toi de l'offre et de la demande est bien un élément de la formation des prix, mais pas le seul.

3) De plus, les divers marchés exercent des influences les uns sur les autres, d'où une autre source de variation des prix: «Ainsi, le marché des produits laitiers est lié à celui des matières grasses d'origine animale et végétale; par là il rejoint celui de la viande» [°1595]. La hausse des prix dans les premiers peut se répercuter dans les seconds, si une cause n'intervient pas en sens opposé: ainsi la hausse des salaires entraîne souvent la hausse des objets fabriqués, à moins que ceux-ci, vendus en plus grande quantité, mais à meilleur marché, ne donnent plus de profit et permettent encore de payer les hauts salaires.

Il faut signaler surtout l'influence des marchés des autres nations qui, par le jeu de l'importation et du change, peut faire grandement varier les prix, soit par la concurrence, soit en agissant sur la monnaie, comme nous le dirons plus bas [§1197, sq.].

C) Corollaires.

§1186) 1. - Influence de la monnaie sur les prix: théorie quantitative. On constate à certaines époques une tendance générale de tous les prix, soit vers la hausse, soit vers la baisse. On explique ce phénomène par une variation dans l'élément commun à tous les prix: la monnaie. Une surabondance de monnaie, en augmentant considérablement la demande, fera monter les prix en proportion, tandis que sa rareté amènera une baisse. Ainsi, au XVIe siècle, après la découverte des mines d'or, l'offre du métal précieux détermina une hausse générale; de même, quand l'État donne cours forcé à un papier-monnaie dont il augmente sans cesse la masse, comme les assignats de la Révolution française, (phénomène de l'inflation), chaque nouvelle émission fait monter tous les prix. On appelle théorie quantitative, l'explication de la hausse générale des prix par la quantité surabondante de monnaie en circulation, en sorte qu'une des conditions fondamentales d'une saine économie où les prix se forment normalement, (conformément aux trois facteurs de la valeur), c'est qu'il n'y ait en circulation que la quantité de monnaie requise par les échanges, ni plus ni moins.

Cette théorie ne doit pas être exagérée: elle est très juste en ce sens que toute augmentation anormale de la monnaie se traduit toujours par une hausse des prix. Mais il ne s'en suit pas qu'il suffise de diminuer la monnaie en cours pour obtenir infailliblement une baisse, car d'autres causes peuvent intervenir pour maintenir les hauts prix. Il reste que cette théorie indique une condition essentielle d'une saine économie et du bon fonctionnement d'un système monétaire.

§1187) 2. - Régulation des prix. Le jeu de la loi de l'offre et de la demande tend à régulariser la production en l'adaptant à la consommation; car si les prix montent parce qu'il y a beaucoup de demandes, on sera porté à intensifier la production pour profiter des gros prix. Mais on n'ira pas jusqu'à la surproduction, car l'abondance de l'offre fera baisser les prix et modérera la production.

Cependant, ce principe régulateur n'est pas parfait, en raison des autres sources de fluctuation des prix. Aussi l'État est-il parfois intervenu pour déterminer le prix: mais cette intervention ne sera efficace que si elle tient compte de l'existence de la loi économique de l'offre et de la demande. Sinon, il se formera un marché noir qui s'y conformera.

D) Loi en Monopole.

§1188). Le monopole au sens strict, est la situation d'un vendeur qui détient seul toute la quantité d'un genre de marchandises sur un marché. Il suppose, pour être complet, que le produit est irremplaçable et absolument nécessaire et qu'on est maître de tout le marché: par exemple, le monopole légal sur le marché national: tabac et allumettes en France, les billets de banque à la banque nationale. Mais il y a des monopoles au sens large, si l'on détient une telle quantité de produits, que l'on exerce une influence prépondérante sur le marché. Et on peut l'acquérir soit par des combinaisons économiques (monopole artificiel), soit par le jeu des circonstances, comme la découverte d'un gisement unique, une invention, etc. (monopole naturel).

Si le monopoleur obéit à l'intérêt personnel, il suivra la loi du plus grand profit: «Compte tenu des réactions de l'acheteur selon la loi de l'offre et de la demande, le prix de monopole sera d'ordinaire plus élevé, mais parfois aussi égal ou même moins élevé que le prix de concurrence».

Si, en effet, le monopoleur élevait trop les prix, surtout pour des marchandises non indispensables, il ne trouverait plus d'acheteur et tarirait son profit. Parfois même, en attirant la clientèle par des prix modiques, il pourra produire en masse et faire plus de bénéfice qu'en restreignant la vente. Mais parfois aussi, selon la loi de King, il peut trouver son avantage en diminuant la production, et dans ce cas, il s'enrichit au détriment des consommateurs, et l'usage du monopole pose une question de morale sociale.

D'ailleurs, ici surtout, les décisions libres du monopoleur peuvent faire échec à la loi d'intérêt: tout en tenant compte pour être efficace, des lois économiques d'ensemble, son action peut s'inspirer de la charité chrétienne et du bien commun. Normalement même, le monopole d'État doit être commandé par le bien commun: il est parfois une forme d'impôt indirect. Mais les raisons pour lesquelles l'État est un mauvais entrepreneur (comme nous l'avons montré plus haut [§1173]) valent aussi pour qu'il soit un mauvais commerçant.

3. - Le crédit et les banques.

Proposition 12. 1) Dans notre vie économique évoluée, la multiplicité et la facilité des échanges sont grandement favorisées par le crédit; 2) celui-ci s'exerce par divers moyens, comme les lettres de change, billets à ordre, bons du trésor, etc.; 3) il a suscité plusieurs institutions économiques dont les principales sont les banques.

Explication.

§1189) 1. - Nature et rôle du crédit. Le crédit désigne ici la confiance qui incline un possesseur de bien ou de valeur à consentir un prêt ou un délai de paiement ; et par extension, le prêt [°1596] ou le délai lui-même.

L'élément essentiel du crédit est la confiance, c'est-à-dire l'assurance d'être remboursé: et celle-ci se base soit sur les richesses réellement possédées par le débiteur (crédit foncier, mobilier ou immobilier, suivant qu'il se base sur une terre, un bien meuble ou un immeuble); soit sur les qualités mêmes du créancier (crédit personnel).

Le crédit facilite évidemment les échanges; parce qu'il permet de les effectuer avec de la monnaie non seulement possédée en fait, actuellement, mais aussi espérée, ou simplement réalisable dans le futur.

Mais il les multiplie aussi, parce qu'il permet, en un certain sens, à la même monnaie d'être utilisée plusieurs fois, grâce aux instruments de crédit.

On distingue le crédit à la production et le crédit à la consommation: c'est surtout le premier qui a un rôle économique éminent, parce qu'il permet de mieux utiliser le capital épargné qui, sans le prêt, resterait improductif.

§1190) 2. - Moyens et instruments de crédit. Le crédit s'exerce normalement lorsque l'acheteur reçoit une marchandise ou l'emprunteur une somme d'argent, en s'engageant à payer ou à rembourser plus tard. Mais le créancier ne doit pas nécessairement attendre le jour de l'échéance pour utiliser l'argent qui lui viendra alors; il peut s'en servir aussitôt. À cet effet, il tire sur son débiteur une lettre de change [°1597], par laquelle il lui demande de payer à un tiers la somme due: et celui-ci acceptera cette lettre pour la valeur de la somme inscrite, sauf un léger intérêt appelé escompte. À son tour le bénéficiaire de la lettre pourra l'endosser en faveur d'un nouveau bénéficiaire, en écrivant au dos ou au verso: «Payez à l'ordre de telle personne»; celle-ci pourra agir de même; et ainsi de suite jusqu'au jour de l'échéance, où le dernier possesseur ira se faire rembourser auprès du premier créancier. Ainsi la même somme d'argent aura servi à de nombreux échanges.

Le débiteur peut encore écrire un billet où il promet de payer à un autre ou à son ordre telle somme, en tel lieu, et à telle époque déterminée: et cet écrit, appelé «billet à ordres» [°1598], peut aussi servir de monnaie fiduciaire [°1599].

Parmi les plus grands emprunteurs, il faut compter l'État qui émet dans ce but soit des bons du trésor, remboursables à court terme (3 à 6 mois), soit des obligations à longue échéance (20, 30 ou 99 ans), soit même des rentes perpétuelles, dont le remboursement n'est jamais exigible par le prêteur, mais peut se faire au gré de l'emprunteur. Mais pour obtenir ces prêts à long terme, l'État offre de gros intérêts, en sorte que ces rentes et obligations sont à la fois un instrument de crédit pour l'État, et un placement où le capital trouve sa rémunération. Cependant, elles peuvent aussi servir pour alimenter les échanges, en jouant le rôle de monnaie fiduciaire; mais leur valeur peut varier d'après les circonstances, et être au-dessus ou au-dessous du pair.

§1191) 3. - Institutions de crédit. Le crédit réel s'exerce d'ordinaire, soit par hypothèque: droit sur un immeuble qui garantit le paiement d'une dette, - soit par gage sur des biens meubles: pour faciliter et perfectionner ces crédits, il existe plusieurs institutions:

a) Les sociétés de crédit foncier ou de crédit immobilier: ces organismes, constitués en sociétés anonymes, émettent des obligations à longue échéance, remboursables par tirages périodiques, et elles prêtent ces fonds sur hypothèques à longue échéance (50 à 75 ans), à charge de remboursement par annuités, comprenant d'ordinaire l'intérêt et l'amortissement. Ainsi, les acheteurs d'obligations font indirectement du crédit foncier, sur hypothèque; et s'ils ont besoin d'argent, ils peuvent revendre leurs obligations, sans attendre l'échéance du prêt.

b) Les monts de piété qui datent du XVe siècle. Ils font surtout du crédit à la consommation, et prêtent sur gage.

c) Les coopératives de crédit où les membres mettent en commun leurs réserves pour se prêter mutuellement en cas de besoin; les principales sont les «Caisses Raiffeisen» qui, avant la guerre, étaient au nombre de 5000 avec 500000 membres et 85M de prêts disséminés dans le monde entier. Oeuvres de charité, elles n'ont aucun caractère lucratif; «elles obtiennent leurs capitaux par l'emprunt fait à un taux très bas, surtout par les dépôts des cultivateurs» [°1600]; les prêts qu'elles consentent sont garantis par la solidarité de tous les membres de la société. Chaque caisse borne ses opérations à une paroisse; mais les caisses d'une région se fédèrent pour se soutenir mutuellement.

Les coopératives Schulz-Delitzsche (qui s'adressent non plus aux ruraux, mais aux artisans urbains), moins désintéressées, donnent un dividende et ne demandent aux membres qu'une solidarité limitée, mais prêtent à un intérêt plus élevé. Elles ont aussi un grand succès.

Cependant, la principale source de crédit, ce sont les banques.

Proposition 13. 1) Le banquier est à la lois un caissier et un comptable collectif, - et un distributeur de crédit: d'où découlent ses diverses fonctions, et les multiples catégories de banques; 2) outre ce rôle essentiel, les banques d'émission peuvent créer de la monnaie fiduciaire et scripturale, sous le contrôle de l'État, et selon les besoins de la vie économique.

§1192) 1. - Rôle essentiel des banques. L'institution bancaire reflète la forme très évoluée des échanges au moyen de la monnaie. Mais elle trouve son humble origine dans la table ou le banc sur lequel le changeur, dès avant Jésus-Christ, et au Moyen âge, étalait les diverses monnaies qu'il se proposait de fournir aux commerçants ou aux gens de foires, selon leurs besoins. Pour faciliter leurs opérations d'équivalence entre les monnaies, ces changeurs avaient imaginé une monnaie abstraite (comme le marc banco de Hambourg), à laquelle ils ramenaient toutes les autres: première idée peut-être d'une monnaie pure détachée de l'or.

Ce rôle de changeur entre diverses monnaies est encore accompli par les banques, comme nous le verrons au paragraphe suivant.

Mais ces hommes, spécialistes dans le maniement de l'argent, rendent encore d'autres services très utiles: ils accueillent la fortune mobilière des particuliers et la gardent en lieu sûr, par exemple par location de coffre-fort; ils se chargent de faire rentrer les créances de leurs clients; s'ils ont des actions ou obligations, de toucher les intérêts ou les dividendes, d'accomplir les formalités de la loi, etc. D'autre part, en cas de dépenses à faire ou de commerce, ils peuvent aussi régler ces opérations au nom de leurs clients et tenir à jour l'état de leurs affaires. Bref ils sont les caissiers et les comptables collectifs pour tous ceux qui s'adressent à eux.

Mais l'argent ainsi centralisé ne reste pas improductif entre les mains des banquiers qui sont encore grands fournisseurs de crédit. On pourrait donc définir la banque en général, une institution économique spécialisée pour faciliter les divers usages de la monnaie, comme le change, les paiements, le crédit, etc.

Ce dernier rôle, concernant le crédit, la banque l'exerce de plusieurs façons. D'abord, elle ne peut être créée sans un capital de fondation qu'elle peut évidemment prêter. Mais surtout, elle prête ce qu'elle emprunte et fait du crédit avec l'argent qu'on lui confie: son propre capital n'y entre d'ordinaire que pour une faible part: 20% au maximum et parfois 8 ou 7%.

Pour comprendre la possibilité et la légitimité de cette pratique, il suffit de songer à la loi des grands nombres: «Les changements et les nuances sensibles pour un petit nombre et en détail, disparaissent pour le grand nombre et la masse». Il est évident, en effet, que tous ceux qui confient leur avoir à un banquier, même à vue, n'ont pas l'intention de le retirer aussitôt. Il suffit de garder un pourcentage, le tiers par exemple, à la disposition de tous, et l'on peut utiliser sans crainte les deux autres tiers. Sans doute, en cas de panique, si tous les déposants se présentent à la fois, la banque devra fermer ses guichets, incapable de répondre à toutes les demandes: mais il est légitime de se baser sur la normale, sans tenir compte des accidents imprévisibles.

Cependant, pour que cette utilisation se justifie, deux conditions sont requises: que les prêts soient sûrement restitués, et qu'ils soient à court terme: c'est ce qui se réalise dans les deux principales opérations de crédit des banques: l'escompte et le report. Par l'escompte, la banque paie à l'avance (avec l'argent de ses clients) un effet de commerce, spécialement les lettres de change; mais elle est assurée d'être remboursée après 3 ou 6 mois au plus. Par le report elle accepte un titre qu'elle paie aussitôt en argent liquide, avec la faculté pour le détenteur de le racheter au même prix après 15 jours ou un mois.

Les banques peuvent aussi prêter pour plus long terme sur leur capital ou sur les dépôts eux-mêmes laissés à long terme. Elles prêtent d'ordinaire avec garantie, sur hypothèque ou sur dépôt de titre; mais parfois aussi à découvert, si l'emprunteur leur est bien connu. À leur client, s'il est commerçant, elles prêtent en lui ouvrant un compte courant dont le solde peut être non seulement créditeur, mais encore parfois débiteur, ce qui équivaut à l'ouverture d'un crédit. À noter que pour les particuliers, les banques ne consentent d'ordinaire qu'un compte de dépôt dont le solde doit toujours être créditeur: le client s'en sert au moyen de chèques [°1601] qui sont des billets à ordre tirés sur la banque.

Le bénéfice des banques leur vient soit des commissions qu'elles demandent pour leur service, soit de la différence entre le taux d'intérêt qu'elles servent à leur déposant et qu'elles exigent de leurs emprunteurs.

Toutes les banques ne font pas également toutes ces opérations: beaucoup se spécialisent, et on peut les classer à différents points de vue.

a) Du côté du public auquel elles prêtent, les unes s'adressent aux particuliers; d'autres prêtent aussi aux industries: pour celles-ci les profits sont plus grands, mais aussi les aléas, et en cas de crise, la chute des entreprises industrielles entraîne souvent celle des banques qui les soutiennent.

b) Au point de vue de leurs opérations, on distingue les petites banques dans les villes de province ou sous forme de coopératives: les banques populaires, par exemple: Elles font souvent des prêts à long terme. Les banques moyennes qui sont en contact avec le public d'une contrée, et qui accomplissent l'ensemble des opérations bancaires: plusieurs spécialisent leur clientèle, ne faisant d'affaires, par exemple, qu'avec les commerçants en coton, ou en grain, etc. Les grandes banques, qui se constituent banques des banques, centralisent les opérations des autres établissements et n'ont guère affaire qu'avec des financiers de profession. C'est parmi ces dernières que l'on rencontre la catégorie spéciale des banques d'émission.

§1193) 2. - Rôle des banques d'émission. Nous avons vu que le crédit organisé, en permettant, grâce aux effets de commerce, d'employer plusieurs fois la même somme d'argent, «créait» en fait une monnaie fiduciaire. Le moyen le plus perfectionné en ce genre est celui qu'emploient certaines banques en émettant des billets de banque.

Le billet de banque est d'abord «une promesse de payer à vue (c'est-à-dire sur le champ) au porteur (c'est-à-dire à celui qui présente le billet) la somme inscrite sur le billet». Il a donc de grandes ressemblances avec la lettre de change: il représente, au lieu du prix de vente d'une marchandise, une certaine somme de monnaie métallique confiée à la banque: il était simplement à l'origine le reçu de cette somme. Mais pour en faciliter l'usage, il est émis pour des valeurs rondes, uniformes, et il n'exige aucune formalité; ni intérêt ou escompte, ni délai de paiement ou endossement, etc.: c'est une «lettre de change standardisée», ce qui lui assure un grand succès.

De plus, selon la loi des grands nombres, si tout porteur peut toujours changer ses billets en monnaie métallique, (or ou argent, selon le système adopté), il est certain que tous ne viendront pas ensemble: la banque pourra donc émettre des billets pour une valeur plus élevée; double ou même triple, que son encaisse métallique. Par là encore, elle semble multiplier l'argent qu'on lui confie et elle crée une nouvelle monnaie fiduciaire [°1602].

Pour éviter les abus, les banques d'émission sont soumises au contrôle de l'État et à des règles imposées par la loi. Souvent, comme en Belgique ou en France, une seule banque a le privilège de l'émission, et elle doit, en échange, rendre à l'État de nombreux services gratuits [°1603]; ailleurs, comme en Angleterre avant 1940, une banque exerce le monopole de fait, bien que, de droit, d'autres pourraient la concurrencer. Aux États-Unis, toute banque peut être émettrice, pourvu qu'elle réalise les conditions prévues par la loi: un bon nombre en profitent, mais leurs billets ont un rayonnement restreint, selon la confiance qu'inspire chaque établissement. De plus, on a créé, depuis 1913, 12 banques de réserves fédérales, placées elles-mêmes sous le contrôle d'un organe central, au moyen duquel l'État surveille toutes les émissions.

Les lois qui règlent le fonctionnement de ces banques ont un double but:

a) garantir le remboursement en espèces de tout billet présenté à la banque;

b) obtenir que la masse des billets en circulation ne dépasse pas les besoins des échanges; selon l'état de la vie économique du pays.

La première condition distingue le billet de banque du simple papier-monnaie (comme les assignats de la Révolution française) qui, même avec cours forcé imposé par la loi, n'a pas cette garantie: il ne vaut donc que pour l'intérieur du pays, et est totalement inapte aux échanges internationaux: il suffit d'une crise de confiance pour qu'il se déprécie rapidement. Les billets de banque, au contraire, représentent une valeur réelle sur laquelle on peut raisonnablement compter pour obtenir par leur intermédiaire un service ou un bien équivalent à celui qu'on a donné pour les obtenir: aussi, tant qu'ils sont effectivement remboursables, ils sont acceptés par le publie sans difficulté et deviennent une véritable monnaie.

Pour cela, d'ailleurs, comme nous l'avons dit, il n'est pas nécessaire que la «couverture» égale la masse des billets circulant; et elle peut être constituée soit par de l'or, soit par des devises étrangères directement convertibles en or: on estime qu'un tiers suffit. En Belgique, l'arrêté royal du 25 octobre 1926 demandait une couverture de 40% dont 30% en or. En France, il suffit de 35% [°1604]. Cette règle qui fixe un maximum d'émission proportionnel à l'encaisse semble la plus logique; mais, quand l'émission approche du maximum, elle aboutit au résultat paradoxal d'immobiliser dans les caves de la banque, la presque totalité de l'or, qui doit être, selon la loi, réservé pour payer les billets circulant qu'on ne réclame pas: ceux qui viennent réellement chercher le paiement en espèces sont facilement trop nombreux: la banque se voit menacée de devoir fermer ses guichets, ce qui détermine la panique, ébranle la confiance et trouble profondément le fonctionnement du système monétaire. D'où la nécessité de garder un certain jeu et de jouir d'une couverture plus large.

La deuxième condition évite le phénomène désastreux de l'inflation et de la hausse correspondante des prix. À noter que ce phénomène pourrait se vérifier, même avec une monnaie-or couvrant l'émission des billets: ainsi, lors des grandes découvertes du XVIe siècle, l'afflux d'or en Espagne, loin d'amener la richesse et la prospérité, détermina au contraire une misère universelle, parce que la production économique restait arriérée et déficitaire: d'où une hausse générale des prix, ce qui n'était, au fond, qu'une dépréciation de la monnaie-or, trop abondante pour les échanges possibles.

Mais dans l'économie actuelle, où l'or n'est qu'une partie de la monnaie nécessaire aux échanges, la première condition (garantie de remboursement pour les billets) entraîne en général la seconde; la monnaie même fiduciaire restera saine tant qu'elle s'adaptera aux échanges, et le problème est plutôt d'en créer en suffisance pour ne pas les entraver.

§1194) 3. - Monnaie scripturale. Pour résoudre ce problème, les grandes banques, et spécialement les banques d'émission, ont un moyen très efficace; celui de créer la monnaie scripturale, grâce au procédé de la compensation.

En effet, lorsque plusieurs clients d'une même banque ont des comptes, les uns actifs, les autres passifs, le banquier les réglera par simple virement, sans avoir besoin de déplacer le moindre argent, ni en espèce; ni en billet: c'est ce qui se passe aussi au C.C.P.: la monnaie qui sert d'intermédiaire à ces échanges est un simple jeu d'écriture; c'est ce qu'on peut appeler une monnaie scripturale.

La même méthode de paiement peut se pratiquer entre banques, sur une plus large échelle encore: à cet effet, les représentants des diverses banques se réunissent périodiquement en un local: la chambre de compensation («clearing-house») qui, centralisant en une seule masse les diverses opérations en cours, (soldes créditeurs et débiteurs de chaque banque) les règle en grande partie par simple virement compensatoire; le reliquat seul reste à encaisser en espèces ou en billets: «c'est ainsi que dès la fin du XIXe siècle, le clearing house de Londres pouvait régler annuellement des sommes s'élevant à près de 16 milliards de livres sterling avec un déplacement de monnaie d'une trentaine de millions seulement» [°1605].

La banque d'émission, par sa position privilégiée, joue un rôle tout semblable: elle centralise, en effet, toutes les affaires des autres banques du pays qui ont chez elle un compte courant afin d'y faire réescompter leur traites, en cas de besoin d'argent pour servir les clients: la banque d'émission peut, en effet, toujours les payer en billets qu'elle émet à cette occasion. Il est clair que le règlement de ces comptes, souvent très élevés, s'opère en grande partie par compensation sans usage réel de billet, comme chaque banquier le pratique pour ses propres clients.

Ainsi se crée une quantité de monnaie scripturale qui varie automatiquement selon le mouvement des affaires, et qui contribue efficacement à adapter la circulation monétaire au besoin réel des échanges.

Le mouvement des échanges varie surtout d'après le commerce qui, en devenant international, pose le problème des changes dont les répercussions sont grandes sur le fonctionnement de la monnaie.

4. - Le commerce, les bourses et les changes.

Proposition 14. 1) Le commerce est un intermédiaire très utile pour aider les échanges et fixer les prix; 2) il se pratique en grand dans les Bourses, spécialement par les marchés à terme.

§1195) 1. - Rôle du commerce en général. Le commerce est un intermédiaire entre le producteur dont il reçoit les biens et le consommateur auquel il les distribue selon ses besoins. Sa première utilité, qui devient une nécessité par la spécialisation des professions, est de mettre et de garder les produits à la disposition du client. Pour cela, il s'efforce de discerner et d'évaluer les besoins du public, et il contribue ainsi à adapter à la consommation la production qu'il informe et dirige par ses commandes. Et en constituant le marché, il intervient dans la formation des prix, selon les lois indiquées plus haut [§1184].

Si, en effet, les producteurs eux-mêmes peuvent parfois mettre en vente leurs produits, de façon à constituer avec les acheteurs éventuels qui les entourent «une réunion d'échangistes où les prix sont publiés et connus de tous» [°1606], ce résultat est bien plus efficacement obtenu par les commerçants et les marchands. Ce sont eux surtout qui alimentent les marchés plus grands et périodiques appelés «foires». Mais la principale institution de commerce [°1607] est la bourse.

§1196) 2. - Les bourses. Les bourses sont de grands marchés où s'échangent les valeurs ou les marchandises en gros sans qu'elles soient présentes. Acheteurs et vendeurs se réunissent donc personnellement ou par leurs représentants: agents de change, courtiers etc., dans un même local (la bourse) où les prix s'établissent par la publicité donnée à toutes les offres et demandes, à date fixe, et même tous les jours dans les grandes bourses. Il y en a de deux sortes: les bourses de valeurs où se négocient les titres: actions, obligations, etc., soit de l'État, soit des diverses entreprises économiques, et les bourses de commerce, où se négocient des marchandises: mais celles-ci pour être aptes aux opérations de bourses, doivent être parfaitement fongibles (blé, coton, laine, acier et autres métaux, sucre, etc.), et s'échanger en grandes masses homogènes, que l'on peut aisément désigner par un nom ou un échantillon précis. Le prix établi d'un commun accord est publié chaque jour, et même plusieurs fois par jour: c'est le cours ou la cote de la bourse.

La principale opération de bourse n'est pas la vente au comptant, mais le marché à terme par lequel un vendeur vend aujourd'hui, à un prix fixé aujourd'hui, une valeur ou une marchandise qui sera payée ou livrée à un terme convenu, d'ordinaire au 15 ou au 30 du mois. Le prix fixé diffère du prix du comptant; il est plus haut ou plus bas, suivant que l'on prévoit une hausse ou une baisse de la valeur des marchandises vendues.

L'utilité de ces opérations à terme à livrer, c'est-à-dire portant sur de réelles marchandises, est grande; elle régularise les prix, permet de prévoir avec certitude les dépenses futures, et d'établir les prix de revient.

Mais comme les marchandises ainsi négociées sont absentes du marché, et souvent peuvent ne pas encore exister au moment du marché (quand celui-ci, par exemple, porte sur la récolte future), il est possible de réaliser ces marchés à terme à découvert [°1608], c'est-à-dire en stipulant que la marchandise ne sera pas livrée, mais que l'opération se réglera au terme en payant la différence [°1609]. Cette nouvelle opération boursière est l'occasion de ce qu'on nomme la «spéculation», qui consiste à acheter ou à vendre en prévision des fluctuations futures du marché; simplement dans l'espoir que la différence sera en sa faveur.

Le marché à terme à découvert peut avoir son utilité économique, en servant d'assurance lorsqu'il est combiné avec un marché à livrer. Ainsi un négociant achetant 100 balles de coton pour la fin du mois, qu'on lui livrera réellement, peut craindre une baisse, et pour se garantir de cette perte, il vendra à terme, mais à découvert; 100 balles de coton de même qualité: si la baisse se produit, le bénéfice qu'il réalisera dans cette deuxième opération compensera la perte qu'il subira dans la première: son marché revient à acheter au prix du comptant de la fin du mois. Le gain ou la perte éventuelle sont rejetés sur les spéculateurs, et par là ces derniers eux-mêmes ont une réelle utilité économique.

Cependant, comme la variation des prix dépend non seulement des facteurs naturels (état des récoltes ou des entreprises, ressources des acheteurs, etc.), mais aussi de facteurs psychologiques et autres qui peuvent être habilement manoeuvrés, la spéculation peut donner occasion à des abus, comme les jeux de bourse, et des manoeuvres artificielles qui faussent et désorganisent la formation des prix [°1610].

C'est pour y remédier qu'on tend actuellement à réserver les opérations boursières, et surtout la spéculation, à des professionnels: agents de change ou courtiers, dont la compétence et l'honnêteté serait controlée par des garanties légales.

Grâce aux moyens modernes de communication et de transport, les grands marchés sont internationaux, et même mondiaux: par téléphone et télégramme, les bourses sont aisément reliées entre elles, et il s'établit ainsi des prix uniformes pour toute la terre. L'objet de ces grands marchés comprend surtout les denrées alimentaires non périssables, le blé et les diverses céréales, le café, etc., les matières secondes, d'origine agricole, caoutchouc, bois, coton, etc., ou industrielles, charbon, fer et autres métaux, ou produits semi-ouvrés; - et aussi les valeurs industrielles, lettres de change; actions, etc. qui correspondent à ces entreprises mondiales [°1611]. Leur règlement occasionne un nouveau phénomène: le change.

Proposition 15. 1) Les transactions du commerce international se règlent au moyen du change; 2) qui se réalise au pair dans l'hypothèse d'une monnaie stabilisée, et qui, dans l'hypothèse opposée, est soumis à des fluctuations capables d'influencer gravement les prix intérieurs; 3) l'explication de ces phénomènes économiques semble se trouver dans la loi d'intérêt, ou loi de l'offre et de la demande.

Explication.

§1197) 1. - Notion et rôle du change. Actuellement la monnaie joue d'abord son rôle d'intermédiaire des échanges dans les limites d'un pays, sous la surveillance de l'État: sa fonction économique, en effet, intéresse trop le bien commun pour échapper à l'emprise des lois. De la sorte, chaque pays a développé son système monétaire propre, qui, d'ailleurs, peut s'adapter exactement à la situation économique et exercer parfaitement sa fonction sans dépendre en rien du voisin, tant qu'il s'agit des échanges à l'intérieur du pays. Un simple papier-monnaie à cours forcé peut suffire, et il a autant de valeur que l'or, tant qu'il est accepté d'un commun accord et qu'on est assuré par ce moyen de retrouver l'équivalent du bien ou du service donné pour l'acquérir.

Mais les échanges peuvent aussi s'exercer avec les citoyens d'autres pays; et avec les progrès des transports, les transactions du commerce international tendent à se multiplier. Or on ne peut plus se servir de la monnaie nationale qui n'a pas cours chez le voisin: on a donc employé le procédé de la compensation [°1612], qui n'est au fond qu'une forme perfectionnée du troc, et qui constitue le change (commercial).

Si, par exemple, un Anversois a vendu un diamant en France pour 50000 francs français, il tire une lettre de change de cette somme sur son débiteur: mais ne voulant pas être payé en argent français, il cherche un belge qui a en France une dette de 50000 francs français, parce qu'il y a acheté par exemple du vin pour cette somme; et il lui vend sa lettre de change pour une somme convenue (en francs belges, bien sûr). Le débiteur belge enverra sa lettre de change à son créancier français qui, à l'échéance, se fera payer les 50000 francs (français) par l'acheteur du diamant: les deux opérations se sont ainsi réglées par compensation sans transfert d'argent d'un pays à l'autre.

On peut donc définir le change commercial [°1613]: «l'opération qui consiste à effectuer des paiements internationaux par transmission d'effets de commerce, et surtout de lettres de change».

Pour que le procédé se généralise, il faut qu'il y ait dans les deux pays des achats et des ventes à peu près équivalents, et que les acheteurs et les vendeurs soient des deux côtés mis en relation. Les conditions sont réalisées grâce aux banques, qui centralisent dans chaque pays les lettres de change tirées sur l'étranger et qui ont à l'étranger des représentants auxquels elle les transmettent pour les y négocier.

On peut dire que cette opération se rapproche du troc, parce qu'elle revient à un échange direct de marchandises: dans l'exemple cité, le diamant est échangé avec du vin. Il est clair pourtant que sous sa forme actuelle, la transaction suppose un point de comparaison fixe entre les deux monnaies; sans cela, comment par exemple, acheter en francs belges la traite de 50000 francs français? Or, pour établir cette comparaison, on peut procéder de deux façons, selon la double théorie de la monnaie marchandise ou de la monnaie pure. Dans la première méthode, on aboutit au transfert de métal précieux; dans la seconde, à la compensation ou «clearing» international.

§1198) 2. - Mécanisme du change. Historiquement, c'est la théorie de la monnaie marchandise qui a permis jusqu'ici le fonctionnement des changes et du commerce international. Tous les pays, en effet, entre lesquels avaient lieu des transactions, avaient choisi comme base stable de leur système monétaire, soit l'or, soit l'argent, soit les deux à la fois, et par l'intermédiaire de ces pays bimétallistes, (l'Union latine), les deux extrêmes se rejoignaient facilement, puisqu'un rapport fixe était prévu entre la valeur de tel poids d'or et d'argent monnayés; et quand, vers 1900, l'ensemble des pays bimétallistes passa à l'unique étalon-or, on trouva un autre moyen [°1614] pour garder le contact avec la monnaie d'argent et déterminer son rapport à l'or.

Avec cette condition, rien de plus facile que de comparer les diverses monnaies: si par exemple, le franc belge se définit comme une valeur de 0.04 grammes d'or [°1615], et le franc français par 0.02 grammes; on achètera normalement la traite de 50000 franc français pour 25000 francs belges. Le rapport fixé à l'or stabilise la monnaie, et sur cette base, on dit que le change se réalise au pair.

Pour que les changes au pair se poursuivent, deux conditions sont requises: d'abord que la monnaie intérieure reste saine, c'est-à-dire qu'il n'y ait pas de papier-monnaie à cours forcé, ou des billets de banque non couverts, soit par l'or, soit par les transactions convenables qui supposent une vraie richesse économique. Si, par exemple, le franc belge, par suite d'inflation, perd de son pouvoir d'achat, il ne sera plus convertible avec 0.02 grammes d'or, et le vendeur d'une traite de 50000 francs français ne la cédera plus pour 25000 francs belges; le franc français montera et le franc belge baissera, comme l'indiquera la cote de la bourse.

Mais il faut aussi que les achats et les ventes entre les deux pays s'équilibrent sensiblement; sinon, dans le pays débiteur, les acheteurs ne pourront se procurer, pour régler leurs comptes, des lettres de change en nombre suffisant; et celles-ci étant plus rares se vendront plus cher. Si la Belgique achète à la France plus qu'elle ne lui vend, le franc français montera et le franc belge baissera.

Il y a pourtant un moyen d'éviter ce dernier résultat, c'est de régler la différence au moyen de monnaies d'or ou de devises étrangères convertibles en or, payables, par exemple, en livre sterling. Le recours aux lettres de change des autres pays n'est qu'un perfectionnement de la méthode par compensation, appelée arbitrage, et n'entraîne aucun inconvénient; mais le paiement par transport de monnaie métallique exige des frais d'envoi, d'assurance et de frappe qui peuvent constituer une perte plus grande qu'une légère baisse de la monnaie nationale. Ainsi, même avec une monnaie stabilisée, il y aura, d'après la balance des échanges, une légère fluctuation du change «qui s'élèvera jusqu'au point où le paiement en or, frais d'envoi et d'assurance compris, serait moins onéreux» [°1616]: c'est ce qu'on appelle le point or («goldpoint»).

Lorsque le point or est atteint, les commerçants du pays débiteur n'ont plus d'autre moyen pour régler leur compte que de se procurer de l'or à la banque d'émission, en faisant escompter leur traite: mais si les sorties d'or se poursuivent, l'encaisse métallique diminuera et la couverture légale des billets en circulation peut devenir insuffisante: d'où nouvelle menace d'inflation. Pour y remédier, la banque relève le taux de son escompte, ce qui, d'une part, raréfie les demandes d'escompte et freine les sorties d'or; et, d'autre part, déprécie les valeurs commerciales du pays débiteur, et même ses marchandises: le résultat sera d'attirer les acheteurs des pays étrangers qui y trouveront leur profit et ainsi l'équilibre des transactions se rétablira, tout en maintenant la frappe libre et donc la stabilité de la monnaie rattachée à l'or [°1617].

Au point de vue commercial, les mêmes résultats, mais encore amplifiés, seront obtenus par une baisse du change dépassant le point or, mais modérée et arrêtée à temps: c'est la méthode de la monnaie détachée de l'or, à fluctuation dirigée, comme l'a pratiquée ces dernières années l'Angleterre, pour la livre dont la baisse était permise ou arrêtée par le «Fond d'égalisation des changes».

Mais si, dans les pays débiteurs où manquent l'or et les devises étrangères, on établit le cours forcé à l'intérieur tout en augmentant les dettes extérieures, la monnaie nationale se détache totalement de l'or et se déprécie aussitôt: le franc belge par exemple, baissera par rapport à la livre, sans limite assignable, puisque l'acheteur n'a pas d'autre moyen pour se délivrer en Angleterre que de trouver de l'argent ou des traites anglaises: le vendeur pourra toujours remonter son prix.

Le premier résultat de cette baisse sera de relever l'ensemble des prix dans le pays débiteur: d'abord évidemment pour les marchandises d'importation, mais aussi pour toutes les autres, à cause de l'interdépendance des biens économiques, d'où la nécessité d'augmenter la masse de papier-monnaie pour répondre aux besoins des échanges. Mais chaque nouvelle émission sera accompagnée d'une hausse automatique de l'ensemble des prix, parce que le public perd de plus en plus confiance dans le pouvoir d'achat de la nouvelle monnaie; et la chute peut ainsi atteindre des proportions invraisemblables. En Allemagne, par exemple, le mark, après une perte progressive de 12% en 1915, (Par rapport à l'or) 34% en 1916, 40% en 1918, 90% en 1921, subit alors une chute vertigineuse, si bien qu'à la fin de 1923, le dollar qui, au pair, valait, 4.2 marks, avait atteint 4 trillons. La circulation en billets de la Reichbank qui était en décembre 1922 de 1280 milliards de marks, dépassait le 30 décembre 1923, 400 trillons, ce qui faisait à peu près 7 millions pour chaque habitant.

Une telle situation rendait impossible tout commerce international. Mais si, souvent, on restaure la monnaie ébranlée en la rattachant de nouveau à l'or à un niveau plus bas, il est possible de la stabiliser autrement. Si, en effet, une monnaie quelconque, fût-ce du papier, a cours forcé, elle remplira parfaitement son rôle d'intermédiaire des échanges et aura sa pleine valeur, pourvu qu'elle ne soit pas en surabondance, mais qu'elle s'adapte bien aux besoins économiques, et inspire par suite confiance à tous. Et, d'autre part, sa stabilité peut être maintenue à l'abri de toute influence de monnaie étrangère, selon le mécanisme du change que nous venons d'exposer, à condition que les importations et exportations commerciales s'équilibrent toujours parfaitement. Ces deux conditions, nous l'avons vu, se réalisent grâce à l'étalon or. Mais il est possible de les obtenir sans lui. C'est ce que fit l'Allemagne en 1924. Bien que toute sa réserve d'or fût épuisée, elle créa néanmoins un Reichmark dont le cours forcé fut unanimement accepté, et, par suite, joua normalement son rôle d'intermédiaire des échanges intérieurs, parce qu'il fut garanti contre toute inflation par la surveillance de l'État qui, par exemple, résorbait les billets en excédent au moyen d'impôts ou d'emprunts. - D'autre part, dans les échanges internationaux, la valeur du Reichmark fut rétablie et acceptée sur la base de l'ancien mark-or, parce que, désormais l'équilibre entre achats et ventes fut rigoureusement contrôlé par l'institution d'une Chambre officielle de compensation, ou office de clearing: cet office décidait souverainement de tout le commerce international allemand: tout vendeur ou acheteur allemand pour l'étranger devait passer par lui, et il ne permettait une opération en un sens que dans la mesure où elle était compensée par une opération en sens inverse. Cette règle comportait évidemment certaines conséquences désagréables, comme le rationnement des marchandises dont l'importation permise restait insuffisante pour le besoin réel de la population, ou leur remplacement par des succédanés moins bons et plus chers. Mais au prix de cette discipline, d'ailleurs bien acceptée en Allemagne, le nouveau mark, monnaie pure détachée de l'or, était vraiment une monnaie saine à l'intérieur, dont le change, à l'extérieur, resta au pair jusqu'à la guerre de 1940 [°1618].

§1199) 3. - Conclusion: la loi explicative. L'intervention de l'État ne supprime pas les lois économiques: elle les utilise plutôt en les respectant, puisqu'elle réalise les conditions que ces lois requièrent pour le bon fonctionnement des systèmes monétaires et des changes. Mais cette intervention elle-même s'explique par un principe qui domine les lois économiques et relève de la morale sociale ou politique: le principe du bien commun.

Au contraire, dans l'hypothèse de la libre concurrence, où les systèmes monétaires une fois établis fonctionnent comme d'eux-mêmes selon les exigences de la vie économique nationale et internationale, on constate aisément l'action de la grande loi économique d'intérêt, sous la forme de la loi de l'offre et de la demande. Ainsi s'explique en particulier la fluctuation du change, d'après l'abondance ou la rareté des demandes en devises étrangères, ou la dévaluation par la surabondance excessive de l'offre sur la demande. Car, en ces formes très évoluées d'échange où interviennent des financiers de profession, la seule règle de leurs opérations est la loi du plus grand profit, qu'ils appliquent avec une rigueur mathématique, en comparant des biens dont les prix sont parfaitement déterminés.

Mais il est toujours possible à l'homme d'intervenir, non pas peut-être au simple citoyen obligé de subir le cours inéluctable des lois économiques, mais bien à l'homme d'État, sinon d'une façon aussi radicale qu'en Allemagne, du moins par des mesures efficaces destinées à diriger la vie économique: et l'on peut poser ici le problème de la politique commerciale, celle du libre-échange, consistant à «laisser entrer librement dans le pays les produits étrangers», ou celle du protectionnisme, consistant à favoriser les industries nationales en frappant de droits d'entrée les produits des industries étrangères correspondantes. Et même, les citoyens eux-mêmes, producteurs, industriels ou commerçants, peuvent agir efficacement s'ils s'unissent pour réaliser un but précis, comme le permet, par exemple, une organisation professionnelle ou corporative.

Mais ces questions ne relèvent plus de la science positive économique qui se contente d'analyser les phénomènes d'échange, et d'en dégager le mécanisme et les lois: elles appartiennent à la science morale [§1230].

5. - Les transports [°1619].

Proposition 16. 1) Les transports ont une influence considérable sur les échanges, la fixation des prix et la vie économique; 2) leur progrès les a érigés en entreprise indépendante où la libre concurrence est tempérée par l'intervention de l'État.

Explication.

§1200) 1. - Rôle des transports. De leur nature, les transports font partie intégrante du commerce qui est, avons nous dit [§1195], l'intermédiaire entre le producteur dont il reçoit les biens et les consommateurs auxquels il les destine selon leurs besoins; et comme lui, ils favorisent les échanges et contribuent à fixer les prix. Mais de plus, les transports permettent d'amener aux usines, parfois lointaines, des matières premières qui autrement resteraient inutilisables. Ils permettent aussi les rassemblements ou tranferts d'ouvriers, selon les besoins de la production. Enfin, par les services de poste, télégraphe et téléphone, ils aident puissamment à la constitution des marchés très larges, surtout en bourse [°1620].

L'ingéniosité de l'homme les a grandement développés; on les classe naturellement en transports par terre, par eau et par air.

a) Transports par terre: sans parler des caravanes antiques ou des porteurs actuels de la forêt équatoriale, l'efficacité des transports terrestres suppose l'établissement d'un bon réseau routier. Les grandes voies romaines, à côté de leur premier but militaire, favorisèrent aussi le commerce.

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, l'invention de la machine à vapeur et des chemins de fer révolutionna les transports terrestres. Ce nouveau moyen prit rapidement un grand essor: en France, par exemple, on construit en 1840, 100 km de voies ferrées; en 1934, il y en a 45000 avec un trafic d'environ 32.5 milliards de tonnes kilométriques. En Belgique, en 1929, il y a 9999 km de voies ferrées avec un trafic de 105 millions de tonnes.

Or, l'établissement de ces réseaux nécessitait de grosses dépenses qui suscitèrent la formation de grandes sociétés capitalistes, et des institutions comme les banques.

Mais au début du XXe siècle, le transport par automobile vient sérieusement concurrencer le chemin de fer. Il profitait du réseau routier existant et avait l'avantage d'aller de porte en porte, évitait aussi les transbordements coûteux. Ce fait nouveau surprit par la rapidité de son apparition: ainsi, en France, il n'existait en 1900 que 3000 voitures automobiles; en 1930, on atteignait le chiffre de 1.5 millions. La progression fut plus rapide encore en Amérique.

b) Transports par eau: ils se classent en deux catégories selon qu'ils empruntent les voies fluviales ou les mers.

À côté des chemins de fer et des camions, les rivières et les fleuves navigables, complétés par les canaux, gardent une réelle utilité; car, si le transport est plus lent, il est moins coûteux, et pour les marchandises très pondéreuses que l'on peut d'ailleurs amener à l'avance, comme le charbon, le minerai, etc., le bateau reste plus économique. Quant aux transports maritimes, ils ont eu de tout temps un rôle de premier plan dans les échanges entre peuples éloignés, et la substitution du bateau à vapeur au navire à voile l'a encore renforcé. Ils peuvent aussi, en certains cas, concurrencer les transports terrestres, par le cabotage ou transport d'un port à un autre: de Rouen à Marseille, par exemple, ou d'Anvers à Gênes; et pour les grandes distances, ce moyen est nettement supérieur.

c) transport par air: son emploi commercial se restreint encore surtout aux personnes, aux correspondances, et aux métaux précieux, comme l'or. C'est le moyen de l'avenir [°1621].

§1201) 2. - Spécialisation et intervention de l'État. C'était d'abord les commerçants ou les producteurs eux-mêmes qui se chargeaient de transporter leurs marchandises aux clients: et cette méthode reste en vigueur en bien des cas. Mais la multiplicité et l'importance des moyens nouveaux ont amené le phénomène économique de la division du travail. Le plus souvent, les transports sont devenus une entreprise autonome, spécialisée; comme la messagerie maritime, les compagnies de chemins de fer, etc.

Il est clair que l'établissement des voies de communication dépasse le champ des intérêts personnels ou familiaux, et regarde le bien commun de la nation [°1622]. Aussi, les pouvoirs publics sont-ils intervenus très vite, d'abord, pour aider les entreprises privées et leur imposer des règles demandées par l'intérêt, commun. Ainsi, on ne permit pas l'établissement de voies ferrées concurrentes, mais ce fut le régime de concessions ou monopoles accordés aux grandes compagnies pour certaines régions (compagnie du Nord, P.L.M., etc.). Puis, l'État subventionna les compagnies pour qu'elles ajoutent aux lignes commercialement productrices d'autres sections utiles au bien commun, mais déficitaires; parfois même, comme en Belgique et en Prusse, l'État se fit l'exploitant de ces transports. Les mêmes secours de l'État se rencontrent d'ailleurs pour les canaux, les transports maritimes, et maintenant pour les voies aériennes.

Enfin, la concurrence entre divers moyens de transport posa souvent des problèmes où l'intérêt public était en jeu. Un des plus typiques fut le cas de la lutte du rail et de la route. Pour équilibrer son budget, la Compagnie des chemins de fer, sous la tutelle de l'État, avait établi le système des tarifs différenciels, supposant le monopole: elle offrait aux marchandises très pondéreuses et de peu de valeur au kg, (bois, charbon, minerai, etc.,) des prix très modérés, mais imposait aux autres marchandises un prix notablement plus haut. Or, le transport par camion, laissa au chemin de fer les premiers transports, et se chargea des seconds à un tarif bien moindre: d'où un déficit chronique de toutes les entreprises de chemin de fer: l'État doit maintenant combler ce déficit et il cherche à enrayer cette concurrence inattendue.

Ces interventions de l'autorité suprême civile sont certes très justifiables selon les exigences du bien commun. Mais elles ne permettent pas de dégager, dans le phénomène économique des transports, une loi proprement scientifique: le développement et l'évolution de ces entreprises dépendent plus que d'autres de règles de morale économique et politique.

[précédente] [suivante]

| Accueil >> Varia >> Livres >> Précis de philosophie